• Nombre de visites :
  • 519
  • 11/10/2011
  • Date :

La trahison (1)

société

   La confiance est le fondement d’une société saine et puissante. On peut considérer comme heureuse et comblée toute société dans laquelle règnent la confiance et la sûreté entre les individus. Des que les hommes s’écartent de leurs devoirs, et trahissent leur engagement de respecter les droits d’autrui, la société rentre dans la phase du déclin.

Différentes lois régissent les affaires des hommes. Chacun est chargé de l’application d’une partie de ces lois; il en ressent lui-même la responsabilité instinctivement par la raison ou encore par devoir religieux, et contribue à nourrir le foyer de la confiance et de la tranquillité d’âme.

   On ne pourra jamais supprimer la notion de la responsabilité parmi les hommes, ni détourner le regard des obligations graves que la personne a contractées envers Dieu, envers lui-même et sa société, et les considérer comme dénuées d’importance.

L’homme ne peut se passer de ses semblables et de la vie collective. Et puisque les rapports entre les individus donnent lieu à des droits, les hommes sont obligés de se plier à une série de règles pour éviter les affrontements et les dissensions et grâce à la coopération et à la solidarité, profiter chacun du fruit du travail de l’autre.

   Ce faisant, le terrain s’aplanit pour la résolution des problèmes.   L’accomplissement   du   devoir  et  de  la responsabilité sociale, bien que difficile, requiert sacrifices et peines ardues. Et l’homme, bien que désirant goûter au bonheur et à ses délices sans grande peine, doit savoir que le bonheur ne croît qu’à l’ombre de l’accomplissement des devoirs quels qu’ils soient.

On a dit ajuste raison que le bonheur est la récompense de l’accomplissement du devoir. L’homme prend aussi sur lui une partie de la responsabilité des autres, en ce sens qu’un manquement au devoir entraîne un effet négatif sur le moral d’autrui.

   Le bonheur de la société est plus précieux que celui de l’individu, celui-là est la base de celui-ci. Toute atteinte aux droits de la société contrarie l’esprit de justice sociale et provoque un déséquilibre dans le système entier.

Source: MOUSSAVI LARI. M, Problèmes moraux et psychologique, traduit par Nahid Chahbãzi, éd: Daftar-é-Nachr-é-Farhang-é-islãmi, Téhéran, 2003, PP.159-160.

Articles Relatifs:

La trahison selon le Prophète Mohammad

L’Islam stigmatise la déloyauté (2)

L’Islam stigmatise la déloyauté (1)

La valeur des engagements et la gravité de leur violation

La déloyauté (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)