• Nombre de visites :
  • 312
  • 19/10/2011
  • Date :

Ressemblance, Non; Egalité, Oui (3)

montesquieu

   Il faut dire que l’esprit oriental a fini par être dominant chez les Musulmans, et, par conséquent, bien qu’au début ils se soient intéressés à la fois à la morale et aux droits, à la longue le domaine de leur activité s’est réduit à la morale seulement.  En tout cas, à présent, la question qui nous intéresse est une question philosophique et rationnelle, une question de raisonnement et d’argumentation, question liée à la vérité de la justice et à la nature des droits. Or la justice et les droits existaient avant la promulgation de toute loi dans le monde, et on ne saurait changer la substance de la justice et du droit par la promulgation d’une loi positive [promulguée par l’homme].

Montesquieu a écrit: «Avant que l’homme ne promulguât des lois, il était possible que des relations humaines justes se fondent sur les lois qui gouvernent les relations entre les êtres. C’est l’existence de ces relations qui a conduit à la promulgation des lois. Dire qu’avant la promulgation des lois par l’homme il n’y avait pas un ordre juste ou injuste pour réguler les relations humaines, équivaudrait à affirmer que les diamètres de cercles qu’on n’a pas encore dessinés ne sont pas égaux.»

   Herbert Spencer a écrit: «La justice est entremêlée avec quelque chose d’autre que les sentiments, à savoir, les droits naturels des individus. Et pour que la justice ait une existence extérieure, nous devons respecter les droits naturels.»

La plupart des intellectuels européens sont d’avis que la déclaration des droits de l’homme a dérivé des droits naturels. En d’autres termes, d’après eux, la théorie des droits naturels n’a été autre que la déclaration des droits de l’homme.

    De même que nous avons vu des intellectuels et penseurs européens comme Montesquieu et Spencer ont exprimé des vues sur la justice conformes à la doctrine des théologiens musulmans relative au beau et au laid rationnels et au principe de la justice, de même, il y a, parmi les savants musulmans, quelques-uns qui ont renié l’existence des droits innés et ont affirmé que la justice est une question contractuelle (positive). Similairement, une telle croyance est partagée par certains penseurs européens aussi, tels que le philosophe anglais Thomas Hobbes, qui a nié l’existence de la justice en tant qu’une réalité.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.71-72.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)