• Nombre de visites :
  • 395
  • 24/10/2011
  • Date :

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (2)

divorce

   Un contrat fondé sur l’amour et le sentiment de solitude, et non sur la coopération et l’amitié, ne saurait admettre la contrainte et l’obligation. Car, sous la contrainte de la loi, on peut obliger deux personnes à coopérer entre elles, à respecter un contrat fondé sur la justice, et à continuer ainsi pendant de longues années, mais on ne peut pas obliger, par la force de la loi, deux personnes à s’aimer, à être fidèles l’une à l’autre, à se sacrifier l’une pour l’autre, et à considérer le bonheur de chacune d’elles comme étant le bonheur de l’autre.

Si nous voulons maintenir une telle relation entre deux personnes, nous devons adopter quelques mesures autres que légales.

   Selon le mécanisme naturel du mariage, sur lequel sont fondées les lois islamiques, une femme occupe la position d’un objet d’amour et de respect dans l’organisme familial. S’il arrive que la femme perde cette position, et que la flamme de l’amour de son mari pour elle s’éteigne, les fondations de la famille s’écroulent. L’Islam regarde avec regret une telle situation, mais lorsqu’il constate l’écroulement des fondations naturelles de ce mariage, il ne peut imposer légalement sa continuation.

L’Islam a pris des mesures spécifiques en vue de s’assurer que la vie familiale conserve sa forme naturelle, laquelle signifie que la femme soit l’objet d’amour et de désir, et que l’homme joue le rôle de demandeur, d’amoureux et de serviteur de la femme.

   L’Islam encourage la femme à s’embellir pour plaire à son mari, à satisfaire ses besoins sexuels, et à éviter de provoquer chez lui des complexes et des problèmes psychologiques sur ce plan. De la même façon, il demande à l’homme d’être aimable et gentil avec sa femme, et de lui montrer son amour et son affection pour elle. De même, l’Islam a pris des mesures en vue de faire du foyer un milieu propice à l’acte sexuel, et de la société un milieu propice au travail et aux affaires, et non un lieu d’exercice d’actes sexuels.

Il a recommandé que les rencontres entre hommes et femmes, en dehors des limites de la vie conjugale, soient pures et sans arrière-pensée. Tout cela pour protéger les foyers familiaux contre les risques d’écroulement.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.187-188.

Articles Relatifs:

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (1)

Le droit au divorce

Les divorces ignobles (2) 

Les divorces ignobles (1)

Le divorce II (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)