• Nombre de visites :
  • 481
  • 28/10/2011
  • Date :

Une femme a besoin de la gentillesse de son mari

famille

    Un article a été publié par une française, psychologue, Béatrice Maryo, titulaire d’un doctorat en psychologie et travaillant comme psychiatre dans un hôpital parisien. Elle est mère de trois enfants.

   Dans cet article elle explique très bien combien une femme enceinte ou allaitante a besoin de la gentillesse de son mari.

   Elle écrit: «Dès qu’une femme sait qu’elle va bientôt devenir mère, elle se met à s’intéresser de près à son corps et à le sentir, surtout s’il s’agit de mettre au monde son premier bébé. Cet intérêt pour son corps continue sans cesse, comme si la femme était étrangère à elle-même, et qu’elle veuille se découvrir. Lorsqu’elle entend les premiers coups de l’enfant dans son ventre, elle écoute chaque bruit dans son corps.

L’existence d’un autre être dans son corps lui procure un bonheur et une joie plus grands qui la poussent à s’isoler progressivement et à avoir tendance à la solitude et à la rupture avec le monde extérieur, car elle veut être seule avec son enfant qui n’est pas encore né...

   «Les hommes, pendant la grossesse de leurs femmes, doivent acquitter des tâches très importantes, mais, malheureusement, ils les négligent toujours. La future mère a besoin de sentir que son mari la comprend, l’aime et la soutient; autrement, lorsqu’elle voit son ventre se gonfler, sa beauté se faner, l’envie de vomissement l’habiter et la peur de l’accouchement l’envahir, elle rejette tous ses malheurs sur l’action de son mari qui l’a fait tomber enceinte.

L’homme doit rester aux côtés de sa femme pendant les mois de sa grossesse plus que jamais. Toute la famille a besoin d’un père bon et attentif, à qui la femme et les enfants puissent parler de leurs problèmes, de leurs ennuis et de leurs espoirs. Même si ce qu’ils disent est ennuyeux ou insignifiant, il est important de les écouter...

   Une femme enceinte aime beaucoup qu’on lui parle de son enfant. Elle est très fière de devenir mère. Mais si elle constate que son mari est indifférent à l’enfant, son sentiment de fierté se transforme en sentiment de mépris, de désespoir et de répugnance de la maternité. La grossesse devient synonyme d’agonie pour elle. On sait que les femmes, dans de tels cas, supportent très difficilement les problèmes liés à la grossesse.

Car le rapport de la mère avec l’enfant n’est pas bilatéral mais trilatéral: mère, enfant, père. Même si le père n’est pas présent (comme au cas de divorce), il joue un rôle important dans la vie interne de la mère, c’est-à-dire dans sa pensée et son imagination, ainsi que dans son sentiment de maternité...»

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, P.189-191.

Articles Relatifs:

La clé de l’amour

La position naturelle de l’homme dans la vie familiale

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (2)

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (1)

Le droit au divorce

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)