• Nombre de visites :
  • 1691
  • 29/10/2011
  • Date :

Jamãl Al-Din entre le sunnisme et le chi’isme

 

sayyid jamal al-din

   Certains spécialistes pensent qu’il était un Iranien originaire d’Asadãbãd, un village près de Hamedãn, et qu’il était chiite d’obédience jafarite. Pourtant, il est réputé pour ses origines afghanes et sa doctrine sunnite. Il tenait par ailleurs beaucoup au qualificatif «Al-Afghãni», qui signifie «l’Afghan», et fréquentait principalement les savants sunnites dans les pays musulmans qu’il visitait. Il faut toutefois tenir compte du fait, qu’à l’époque, que la séparation entre l’Iran et l’Afghanistan est récente et qu’aux yeux de beaucoup de gens, l’Afghanistan est toujours une province iranienne. Il s’agit d’une même nation sous l’autorité de deux souverains.

   Ceux qui sont de cet avis essayent donc de trouver des preuves et des arguments appuyant leur thèse. Ils avancent notamment que:

• la famille d’Al-Afghãni vivait en Iran, et n’a laissé aucune trace de sa présence en Afghanistan.

• le prénom du père d’Al-Afghãni est Safdar, prénom iranien chiite signifiant «le héros qui brise les rangs adverses».

• Al-Afghãni s’intéressait à l’Iran et à ses problèmes, plus qu’il ne le fit pour n’importe quel autre pays musulman.

• Jamãl Al-Din parlait couramment le persan.

• Jamãl Al-Din glorifiait les Iraniens et les félicitait pour leur intelligence.

Tous ces indices ne constituent cependant pas des arguments décisifs ou des preuves irréfutables. Ils sont en effet invalidés par la vie et les écrits d’al-Afghãni qui démontrent qu’il était un Afghan sunnite.

   Par exemple dans son livre Tatimmat Al-Bayãn fi Tãrîkh Al-Afghãn («Exposé complet de l’Histoire des Afghans»), il critique les chiites pour s’être éloignés de certains piliers de la religion au profit de phénomènes étrangers à celle-ci et de coutumes innovées. Il écrit:

«L’ensemble des Afghans sont d’obédience hanafite. Hommes ou femmes, citadins ou bédouins, ils ne badinent pas avec la prière et le jeûne, à l’exception de la secte de Nûri, qui sont des Shi`ites extrémistes. Ces derniers se préoccupent en effet davantage de la commémoration du meurtre d’Al-Husayn - que Dieu l’agrée - dans les dix premiers jours du mois de Muharram, se flagellant alors le dos et les épaules dénudés avec des chaînes.»

   Un certain nombre de spécialistes et d’intellectuels se sont dressés face à cette prétention, avec à leur tête le Docteur Mohammad Imãrah. Celui-ci estime que le mérite de Jamãl Al-Din n’est en rien affecté, qu’il soit Afghan ou Iranien, chi’ite ou sunnite. Après une rude vie pleine de difficultés, Al-Afghãni meurt à Istanbul à l’âge de soixante ans le 10 mars 1897.

Sources:

http://afghanfrancophones.forumactif.com

Wikipedia

Articles Relatifs:

La méthodologie d’Al-Afghãni dans la réforme religieuse

Les intrigues des délateurs et les complots

Sayyid Jamãl Al-Din en Iran

Sayyid Jamãl Al-Din avec Mohammad Abduh à Paris

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)