• Nombre de visites :
  • 228
  • 31/10/2011
  • Date :

L’égalité dans la corruption

divorce

   Le mot "égalité" a été tellement employé à tort et à travers que son sens réel a été éclipsé. Il est rare que l’on sache que le mot égalité signifie l’égalité de droits.

Le principe de l’égalité ne peut être appliqué partout sans distinction.

   Il serait on ne peut plus ridicule de dire que tout va très bien aujourd’hui, parce que dans le passé seuls les hommes mentaient à leurs femmes, et maintenant, les femmes aussi disent des mensonges à leurs maris.

Pourrions-nous nous réjouir et crier de joie que l’égalité est d’ores et déjà établie, car dans le passé seulement  10 % des mariages débouchaient sur un divorce, alors que de nos jours dans certains endroits 40 % des mariages finissent par un divorce et que dans 50 % des cas de divorce, c’est la femme qui engage la procédure de divorce?

   Ou bien, dans le passé c’étaient les hommes qui trahissaient leurs femmes et s’adonnaient à  l’adultère, et c’étaient les femmes qui se montraient, pour la plupart, fidèles à leurs maris, alors que actuellement les femmes aussi trompent leurs maris et n’observent plus la chasteté ? Est-ce cela l’égalité? Dans le passé les hommes se montraient souvent cruels et insensibles. Ils abandonnaient leurs femmes et leurs enfants pour courir derrière les maîtresses. Maintenant même les mères à la progéniture nombreuse, et mariées depuis bien longtemps, n’hésitent pas à quitter leurs foyers pour satisfaire leur volupté, en suivant le premier homme qu’elles rencontrent pendant quelques minutes dans  une soirée  dansante.  Est-ce  que  cela  signifie l’instauration de l’égalité?

   Voilà comment, au lieu de chercher à guérir les maladies sociales et à consolider la vie familiale, on s’ingénie à affaiblir le système familial et à secouer ses fondations. Pis, on est heureux d’avancer sur la voie de l’égalité ! Si cette situation continue, les femmes ne tarderont pas à dépasser les hommes dans la corruption, la perversité et l’insensibilité.

A présent, il est clair pourquoi l’Islam, bien qu’il considère que le divorce est une chose détestable, n’a pas mis de barrière légale pour l’empêcher, de force, de se produire. Il est clair aussi maintenant comment une chose autorisée peut être, en même temps, détestable et haïssable.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.193-194.

Articles Relatifs:

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (2)

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (1)

Le droit au divorce

Les divorces ignobles (2) 

Les divorces ignobles (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)