• Nombre de visites :
  • 456
  • 1/11/2011
  • Date :

Le développement technique de la radio

banan

   Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, malgré le désordre de gestion dont souffrait la radio, son développement technique continua, bien qu’à un rythme assez lent. On peut citer l’ouverture d’école de diction, le développement des infrastructures pour la généralisation de l’utilisation de la radio, en particulier dans la capitale, ou l’ouverture d’une école de théâtre, destinée à formée des acteurs pour les pièces radiophoniques.

Les premiers auteurs et collaborateurs de la radio figurèrent parmi les grands noms des lettres et des arts iraniens. On peut citer Mohammad Hedjãzi, sénateur, écrivain et conteur, Hossein Gholi Mosta’ãn, écrivain, Abdorrahmãn, écrivain et rédacteur en chef du journal Keyhãn ou Abolghãssem Pãyandeh, écrivain.

   Les émissions culturelles ou scientifiques étaient préparées par le ministère de la Culture, mais aussi le ministère de l’Agriculture et celui de la Santé.

   Des écrivains et hommes de lettres corrigeaient les textes et les vulgarisaient si nécessaire. Parmi ces derniers, on peut citer Ebrãhim Pourdãvoud, Rashid Yãssemi ou Saïd Nafissi, grands lettrés et chercheurs iraniens, qui écrivaient également des articles autour de leurs propres domaines de recherche ou traduisaient des articles d’ailleurs.

En 1941, le Haut conseil aux publications fut rattaché au ministère de la Culture. La même année, des programmes religieux furent ajoutés, une demi-heure par semaine. Deux ans plus tard, l’appel à la prière, la récitation coranique et les chants du sport antique iranien, varzesh-e bãstãni, furent ajoutés.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)