• Nombre de visites :
  • 575
  • 2/11/2011
  • Date :

La géographie arabo-islamique (1)

carte de  l’égypte selon tousi salmani

   La question de la géographie arabo-islamique pose de nombreuses interrogations à celui qui y prend intérêt. Il est courant de se demander comment une religion a pu s’identifier tellement à une géographie. Car la religion islamique semble en effet partager avec la géographie une relation privilégiée.

On prendra à témoin la permanence des indices géographique d’une présence parfois limitée dans le temps et entrecoupée.

   Et puis, qui ne s’est pas posé la question de la nature de l’expansion géographique de l’Islam, une religion prétendument bédouine si étroitement associée au contraire à une civilisation urbaine? N’oublions pas que Bagdad fut la première ville de l’histoire de l’humanité à dépasser le million d’habitants au Moyen-âge. Par ailleurs, les routes commerciales et les capitales politiques du califat musulman ont toujours joué un rôle déterminant dans la géographie arabo-islamique.

Ainsi Xavier de Planhol pouvait-il affirmer dans son ouvrage intitulé Le Monde islamique: essai de géographie religieuse (Paris, PUF, 1957) que « l’Islam a besoin de la cité pour réaliser son idéal social et religieux (…) L’Islam est une religion citadine. Bien plutôt qu’une forteresse militaire, la cité est le support de la foi et le cadre de la vie».

   Mais l’on peut en effet se poser la question géographique dans les deux sens: à savoir quelle influence fut exercée par la religion sur le milieu, mais aussi quelle influence le milieu a pu avoir sur la religion. On a parfois rapproché l’Islam des climats arides afin d’accroire l’idée que l’Islam serait l’expression géographique d’un milieu? Or, tel n’est pas le cas des Balkans, pas plus que de l’Asie du Sud-est où le va et vient des moussons a pu jouer un rôle dans la conversion à l’Islam. De toute façon, les nomades, les commerçants et les milieux urbains sont les plus grands propagateurs de l’Islam.    

Mais la géographie arabo-islamique est aussi profondément marquée, plus encore que toute autre civilisation, par le fait politique. Aussi voit-on la géographie islamique évoluer de concert avec les luttes politiques et ses centres de décision.

Source: Classes.bnf.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)