• Nombre de visites :
  • 429
  • 2/11/2011
  • Date :

La géographie arabo-islamique (2)

carte des côtes de la méditerranée: espagne

   On notera le rôle de Bagdad, capitale du califat abbasside ou celui d’Istanbul, capitale du califat ottoman (1299-1922). Or aujourd’hui encore, la géographie continue d’exercer une attention particulière sur les destinées de cette communauté religieuse, les musulmans, et il suffit pour s’en convaincre de consulter un atlas du fait religieux sur les pèlerinages, un atlas des conflits (Palestine, Afghanistan, etc) ou encore un atlas des concentrations de populations.

Or l’origine première de la géographie islamique se trouve à la Mecque et ses environs. Déjà avant l’apparition de l’Islam, la Péninsule arabique était un carrefour dans le commerce entre l’Europe et l’Inde ou l’Afrique orientale (épices, parfums, bois et pierres précieux, etc.).

   De nombreuses tribus arabes étaient judaïsées ou christianisées. Par exemple, les rois de Himyar (Yémen) s’étaient convertis au judaïsme dès le IVe siècle. La péninsule arabe était déjà aride, et des oasis y constituaient des haltes pour les éleveurs et les caravaniers qui la parcouraient.

L’expansion géographique de l’Islam fut fulgurante puisque ses guerriers conquirent un immense territoire en l’espace de quelques années seulement.

   Or, de manière évidente, l’occupation géographique d’un territoire a toujours été un motif de rencontre et surtout de conflit. Ainsi, dès 722, des combats opposent les chrétiens aux musulmans installés en Espagne, qui se sont même avancés jusqu’en France (batailles à Tours et à Poitiers en 732). De 831 à 1072, la Sicile, précédemment détenue par l’empire  byzantin, est aux mains des musulmans. Dès 1096, les Croisades tentent de reconquérir Jérusalem, ville sainte pour les trois grandes religions monothéistes. Nous trouvons ci-dessous les itinéraires des différentes croisades.

Source: Classes.bnf.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)