• Nombre de visites :
  • 1097
  • 6/11/2011
  • Date :

L’histoire du kaki

kaki

   Le kaki est le fruit du plaqueminier, un arbre originaire de l’Asie, plus précisément de l’est de la Chine. Cultivé au Japon depuis plus de mille ans, il y est devenu le fruit national: on en dénombre pas moins de 800 variétés.

   Ce fruit, de la grosseur d’une tomate, est d’une teinte orangée, à la peau translucide à maturité. Il contient différents pigments, carotènes et xanthines en abondance, et est l’un des fruits les plus riches en provitamine A, orangé ou rouge, il peut contenir jusqu’à 8 graines et il reste accroché à l’arbre après la chute des feuilles.

C’est un fruit difficile, car les variétés les plus classiques, comme hachiya, donnent des fruits qui doivent être consommés bien mûrs et même blets, lorsqu’ils commencent à ramollir, sans quoi ils sont astringents, durs, râpeux et immangeables. Mais à partir du moment où ils sont mûrs, ce sont des fruits très fragiles, qui pourrissent facilement, et sont difficiles à transporter. Il faut donc choisir soigneusement ce fruit à l’étalage.

   Ce n’est que depuis le 19ème siècle que sa culture est arrivée en Europe. Implanté à Toulon par un ingénieur des constructions navales, le kaki connut rapidement, un grand succès, en Provence. Les variétés du Cannet et de Marseille étant les plus fameuses.

   Aujourd’hui encore, le Midi reste la région de prédilection de ce fruit à la peau lisse et fine et à la chair orange vif, qui fait ressemble à une grosse tomate. A l’automne, les plaqueminiers (qui mesurent entre 5 et 10 mètres) continuent, même après la chute des feuilles, de porter ces fruits, pourtant mûrs. Là, ils sont récoltés et viennent égayer les étals des marchés et supermarchés, à côté des noix de coco, goyaves et autres fruits exotiques.

Dans certaines régions comme Taïwan, les kakis de variétés classiques sont mis à tremper dans des jarres étanches contenant de la chaux liquide, qui leur retire leur amertume et leur donne un certain croquant.

   La durée de trempage dépend de la température; elle est de cinq à sept jours pour une température ambiante entre 25 et 28°C. Le kaki, laissé à l’air ambiant, poursuivra son mûrissement naturellement. À l’instar de la banane, on peut le mettre dans un sac de papier pour accélérer sa maturation, ou le mettre en compagnie de pommes dans une caisse en plastique non ajourée recouverte d’un papier. Une fois mûr, il est possible de le mettre au réfrigérateur où il se conservera quelques jours. Il supporte bien la congélation.

   Il existe plus de 2 000 variétés à travers le monde, de celui que l’on nomme également plaquemine ou figue caque, dont les plus courantes sur nos étals sont:

- le kaki d’Europe: rond, lisse et orangé, il se consomme très mûr, sans quoi sa peau se révèle très astringente. Produit en Italie, au Moyen-Orient, aux États-Unis et en Provence bien sûr, il est récolté entre octobre et janvier.

- le Sharon: selon la fermeté de sa chair, il peut se déguster comme une pomme, en le croquant à pleines dents. Doux et sucré, quel que soit son degré de maturité, il est dépourvu de la saveur âpre de celui d’Europe. Il est produit en Israël et au Japon, de septembre à mai.

- le Fuyu: c’est une autre variété, non astringente. Ce fruit aplati à la fine saveur vanillée est très exigeant en chaleur. Il est surtout produit au Japon, en Italie et en Espagne.

Sources:

1001fruits.net

Cuisine.journaldesfemmes.com

Articles Relatifs:

Le pâtisson

Une source de fer

 Tout sur la Vanille (2)

Tout sur la Vanille (1) 

Tout sur un fruit très énergétique (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)