• Nombre de visites :
  • 524
  • 12/11/2011
  • Date :

L’Islam favorise tout facteur aidant à éviter le divorce (1)

divorce

   L’Islam ne veut pas utiliser la force de la loi contre le mari pour le contraindre à vivre avec sa femme. En revanche, l’Islam favorise tout facteur qui contribue à dissuader l’homme de divorcer. L’Islam a prescrit exprès une procédure tellement dissuasive, et a imposé de telles conditions pour la validité du divorce, qu’elles retardent automatiquement la dissolution du mariage, et, dans beaucoup de cas,-finissent par persuader le mari de renoncer à toute velléité de séparation.

L’Islam a exhorté les personnes chargées d’exécuter la procédure de divorce, les témoins et tous ceux qui sont censés jouer un rôle quelconque dans les formalités du divorce, à faire de leur mieux pour dissuader le mari de l’idée de divorce.

   En outre, le divorce n’est valide que s’il est prononcé en présence de deux témoins qualifiés, qui ont le devoir de déployer tout d’abord tous leurs efforts pour réconcilier le couple.

De nos jours, il est fréquent de choisir deux témoins pour le divorce, qui ne connaissent même pas du tout le couple concerné, ce qui est totalement contraire à l’esprit islamique.

   En tout cas, la nécessité de la présence de deux témoins qualifiés est l’un des facteurs qui pourraient contribuer  à  dissuader  le mari  de  divorcer,  si  on respectait cette condition strictement dans son sens réel. Il est à noter que l’Islam ne considère pas la présence de   deux   témoins   qualifiés   comme   une   condition essentielle à la validité du mariage -lequel est le début du contrat matrimonial- car il veut éviter la moindre formalité susceptible de retarder l’accomplissement d’une bonne action, en l’occurrence, le mariage, tandis qu’il a jugé cette formalité nécessaire dans le cas du divorce, parce que celui-ci est la fin du contrat marital.

   De même, selon la loi islamique, le divorce n’est pas effectif pendant la période menstruelle de la femme, bien que la cérémonie du mariage puisse avoir légalement lieu pendant cette période. Apparemment, les menstrues étant un obstacle à l’accomplissement de l’acte sexuel, devraient affecter le mariage et non le divorce. Mais étant donné que l’Islam encourage le mariage et décourage la séparation, il a autorisé le mariage pendant la période des règles de la femme, mais il a interdit le divorce pendant cette période, ce qui pourrait constituer un délai de réflexion pour le mari. Dans certaines circonstances, il est nécessaire, selon la loi islamique, d’attendre trois mois avant que le divorce soit autorisé.

Tous ces obstacles et barrières ont pour objet de laisser suffisamment de temps pour que la tension qui a conduit à choisir le divorce retombe, et pour permettre au mari et à la femme de retrouver leur état normal. De plus, dans le cas d’un divorce révocable, le mari a l’autorisation de reprendre les relations conjugales pendant la période probatoire [’iddah].

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.198-200.

Articles Relatifs:

L’Islam s’oppose au divorce

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (2)

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (1)

Le droit au divorce

Les divorces ignobles (2) 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)