• Nombre de visites :
  • 399
  • 12/11/2011
  • Date :

L’Islam favorise tout facteur aidant à éviter le divorce (2)

divorce

   L’Islam a mis un autre obstacle devant le mari, en lui imposant aussi bien les dépenses du mariage que celles de la période de probation et des enfants. Si l’homme veut divorcer d’avec sa femme pour se remarier avec une autre, il se trouve devant la lourde charge de payer d’abord l’entretien de la première femme, de couvrir la pension de ses enfants, et d’offrir la dot de la nouvelle femme. En outre, il doit penser aux dépenses de cette dernière et de ses futurs enfants.

A part la responsabilité de veiller sur les enfants dont la mère sera divorcée, toutes ces responsabilités énumérées ci-dessus laissent le mari face à une perspective effrayante, et le font réfléchir deux fois avant de prendre la décision du divorce.

   A tout cela s’ajoute le fait que l’Islam a rendu obligatoire la formation d’un tribunal familial -au cas où la famille risque une désintégration- pour arbitrer entre les deux époux. Ce tribunal familial comprendra notamment un représentant du mari et un représentant de la femme, chargés de trouver un terrain d’entente et de réconciliation entre les deux parties.

Les deux arbitres doivent déployer tous leurs efforts pour aplanir les différends entre les époux et pour les convaincre de se réconcilier. Si, après consultations et concertations avec les deux intéressés, ils parviennent à la conclusion qu’il vaut mieux qu’ils se séparent, ils prononcent le divorce. Bien entendu, s’il y a parmi les membres des familles respectives des deux époux des personnes qualifiées pour l’arbitrage, elles ont la priorité sur d’autres pour se charger de cette tâche.

   Le Saint Coran dit: «Si vous craignez une rupture entre les deux conjoints, désignez un arbitre de la famille de l’époux, et un arbitre de la famille de l’épouse. S’ils désirent tous les deux un compromis, Allah rétablira la concorde entre eux. Allãh est Celui Qui sait et Qui est bien informé.» (Sourate Al-Nisã’: 35)

   L’auteur d’Al-Kach-chãf, expliquant le mot "arbitre" écrit: «Un homme persuasif, éloquent, capable de favoriser la réconciliation, et juste envers les deux parties». Et d’ajouter: «La raison pour laquelle on devrait choisir les deux arbitres en priorité parmi les proches des deux époux, est que les proches savent mieux que d’autres ce qui se passe chez le couple, et qu’ils sont plus soucieux de leur réconciliation. En outre, les deux conjoints peuvent divulguer les secrets de leur vie intime plus facilement à des parents qu’à des étrangers.

«Les juristes divergent sur la question de savoir si l’arbitrage est obligatoire ou tout simplement recommandé. Les plus éminents d’entre eux sont d’avis qu’il appartient au gouvernement de désigner les arbitres. Al-Chahîd Al-Thãnî affirme formellement dans son livre "Al-Masãlik" que l’arbitrage est obligatoire et nécessaire, et doit être organisé par le gouvernement.»

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.200-201.

Articles Relatifs:

L’Islam favorise tout facteur aidant à éviter le divorce (1)

L’Islam s’oppose au divorce

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (2)

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (1)

Le droit au divorce

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)