• Nombre de visites :
  • 267
  • 13/11/2011
  • Date :

Les services antérieurs rendus par l’épouse à la maison familiale

famille

   Le divorce perfide, non seulement dissout la vie familiale sacrée, mais crée aussi à la femme d’autres problèmes particuliers inacceptables. Supposons qu’une femme vive avec son mari depuis des années, considère sa maison comme étant la sienne, et travaille avec application et dévouement afin de la transformer en un vrai foyer familial.

Très souvent, comme le font toutes les femmes, à l’exception de celles appartenant à la société civile moderne, elle fait des économies en réduisant les dépenses de vêtements, de nourriture et de maison, au point de susciter la colère du mari, et elle hésite à engager une servante pour l’aider dans les travaux domestiques.

   Elle sacrifie sa jeunesse, son énergie et sa santé pour son mari et son foyer. Maintenant, supposons que le mari d’une telle femme ait subitement le caprice de divorcer d’avec sa femme pour se remarier avec une nouvelle femme appelée à occuper cette même maison que la première a construite avec beaucoup de peine et d’efforts, en sacrifiant la fleur de sa jeunesse, et sa santé, une maison qui est devenue après tant d’années l’incarnation de ses peines et espoirs, et qu’elle va perdre à cause d’un caprice subit de son mari qui veut détruire le fruit de ses efforts et de ses peines. Que faire dans une telle situation?

   Ici le problème n’est pas seulement une question de désintégration de la famille et de dissolution du lien du mariage, pour qu’on dise que la trahison du mari conduit à la mort du mariage, et que le fait d’imposer cette femme au mari traître, la dévalorise et rabaisse sa position naturelle. Il s’agit d’un problème bien plus  grave: la femme perd son foyer, elle est privée de tout ce qu’elle avait, on veut céder son nid conjugal à sa rivale, on lui escamote le fruit de tous ses efforts, peines et services rendus! Tant pis pour le mari, la maison, la vie familiale et conjugale!

Mais tout être humain veut avoir un refuge et un foyer, et il est attaché à son nid qu’il a échafaudé pièce à pièce, de ses propres mains.

   Si on veut sortir un pigeon de son nid qu’il a construit lui-même, il se défendra. Une femme n’a-t-elle pas le droit de faire la même chose. La conduite du mari n’est-elle pas une injustice évidente? A notre avis, cette question mérite une attention particulière, car la plupart des problèmes liés au divorce perfide sont de cet ordre. Dans de tels cas, le divorce n’est pas une simple résiliation de contrat, mais une perte inestimable, équivalente à la faillite d’un commerçant, et l’anéantissement de la vie de la femme.

Mais, comme nous l’avons déjà dit, le problème de la maison et du foyer est séparé du problème du divorce. Il faut étudier chacun des deux problèmes à part. Quant à l’Islam et aux lois islamiques, ils ont résolu ce problème. S’il continue pourtant à se poser, c’est seulement à cause de la méconnaissance des lois islamiques, et de l’exploitation par les hommes de la fidélité et de la bonté des femmes.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,  éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.203-204.

Articles Relatifs:

L’Islam favorise tout facteur aidant à éviter le divorce (3)

L’Islam favorise tout facteur aidant à éviter le divorce (2)

L’Islam favorise tout facteur aidant à éviter le divorce (1)

L’Islam s’oppose au divorce

Les lois naturelles concernant le mariage et le divorce (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)