• Nombre de visites :
  • 330
  • 19/11/2011
  • Date :

Le soulèvement du 15 Khordãd (3)

imam khomeyni

   L’Imam Khomeyni, après 19 jours de détention dans la prison de Ghasr fut transféré dans une prison dans la caserne de Eshrat Abãd. Deux jours après, le soulèvement du 15 Khordãd, le Shãh qualifia la Révolte populaire de rébellion et d’acte barbare, fruit de l’union entre la réaction rouge et noire et essaya de l’attribuer en dehors des frontières à des personnalités comme Jamãl Abdol Nãsser23.

   Personne n’ignorait combien les prétentions de Shãh étaient infondées. En dépit des prétentions répétées de Shãh, les éléments de gauche et les communistes n’avaient non seulement participé au soulèvement mais le parti Toudé et les autres communistes iraniens répétaient dans leurs écrits et leurs prises de positions les commentaires de la radio Moscou et des journaux soviétiques concernant les événements du 15 Khordãd.

Le parti communiste soviétique considérait le soulèvement du 15 Khordãd comme un mouvement aveugle et rétrograde allant à l’encontre des réformes progressistes du Shãh.

   Autre prétention mensongère du Shãh (concernant l’intervention du gouvernement égyptien) ne fut non plus crue par personne, en dépit des efforts et des conspirations de Sãvãk. L’indépendance complète du soulèvement du 15 Khordãd était si évidente que ce genre d’accusation ne pouvait y apporter aucun préjudice. Avec l’interpellation du guide de la Révolution et le massacre barbare du peuple dans le jour du 15 Khordãd 1342, le soulèvement fut apparemment réprimé.

En prison, l’Imam Khomeyni refusa vaillamment de répondre aux questions des enquêteurs en annonçant que la junte au pouvoir en Iran et son pouvoir judiciaire étaient illégitimes et par conséquent, dépourvu de compétence.

   Dans sa cellule, à la caserne d’Eshrat Abãd, l’Imam Khomeyni ne gaspilla pas son temps et se donna à la lecture des livres traitant de l’histoire contemporaine dont l’histoire de la Révolution Constitutionnelle ainsi que quelques œuvres de Jawaharlal Nehru. L’arrestation de l’Imam Khomeyni souleva de vastes protestations de la part du clergé islamique et des diverses couches du peuple en réclamant l’élargissement de leur guide. Certains oulémas de grands renoms du pays émigrèrent de Téhéran en signe de protestation. Craignant un attentat à la vie du guide de la Révolution, le peuple faisait preuve d’une réaction massive.

Certains Ulémas émigrés furent arrêtés au cours d’une ruée des agents de Sãvãk et incarcérés pour un certain temps.

Source: ANSARI. Hamid, Le récit de l’éveil, éd. Fondation pour la Rédaction et la Publication des œuvres de l’Imam Khomeyni, Téhéran, 1996, PP. 76-78.

Articles Relatifs:

Le soulèvement du 15 Khordãd (2)

Le soulèvement du 15 Khordãd (1) 

Le peuple iranien et la Révolution selon l’Imam Khomeyni

La Révolution islamique selon l’Imam Khomeyni

Le soutien du Shãh au régime d’Israël

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)