• Nombre de visites :
  • 1199
  • 22/11/2011
  • Date :

Le 17 Shahrivar selon l’Imam Khomeyni

le 17 shahrivar

* Le 17 Shahrivar1 est une journée de Dieu.

* L’anniversaire du 17 Shahrivar reste et restera à jamais grave dans l’esprit du peuple combattant iranien, surtout parce qu’il montre les crimes inhumains et anti-islamiques, perpétrés par le régime monarchique et qu’il est des journées de Dieu, témoignant de la résistance et du courage de notre peuple devant les oppresseurs et les criminels.

* Le souvenir amer du 17 Shahrivar 1357 et celui des journées semblables que vécut notre Oumat, donnèrent un doux fruit: l’écroulement du palais de la dictature et son remplacement par la République de la justice islamique.

* Le 17 Shahrivar 1357 est une journée de Dieu dont le noble peuple iranien doit garder le souvenir vivant.

* Au nom de l’Imam du Temps (que le salut de Dieu soit sur lui), j’exprime mes condoléances et en même temps mes félicitations aux musulmans du monde entier, en particulier aux familles endeuillées pour la triste occasion du 4 Shavãl de l’an 98 de l’hégire lunaire, le 17 Shahrivar 1357.

* Dieu m’est témoin que mon Mustafã 2 n’est pas seulement celui dont on approche l’anniversaire de mort. Mais tous ceux qui ont été massacres pendant l’incident de Shavãl 3 sont mes Mustafã.

* Ashourã, Karbalã, les martyrs de Karbalã et Yazid 4 et ses agents sont encore une fois répétés dans le 17 Shahrivar, la place des martyrs 5, nos propres martyrs et nos opposants.

Notes:

1. Le 17 Shahrivar 1357 (1978-9-8) qui fut baptisé "le vendredi noir" est considéré comme l’un des jours mémorables de la Révolution islamique du peuple iranien. A la suite des manifestations de vaste envergure et sans précédant qui furent organisées le 13 Shahrivar (1978-9-4) après l’office de la fête de Fîtr Téhéran, de même des manifestations similaires se tintent à Téhéran le 16 Shahrivar, soit le 7 septembre, il fut convenu d’organiser le lendemain, de nouvelles manifestations et marches à partir de place des martyrs. Le vendredi matin, les gens se dirigèrent de tout coté vers cette place. A six heures, le nombre des manifestants dépassait les 100 mille. Les forces armées du régime du Shãh, cernèrent la place de quatre coté et braquèrent leurs mitrailleuses sur le peuple. Et à cette heure-même, la radio annonça inopinément, le décret de l’état de siège à Téhéran et dans dix autres villes! Immédiatement, les forces du régime ouvrirent le feu sur la foule. Plus de quatre mille personnes furent tuées en martyr et de centaines d’autres blessées, ce jour même. Le régime du Shãh annonça le nombre des martyrs 58 personnes et les blessés.

2. Hãjj Aghã Mostafã (1309-1356 de l’hégire solaire), le fils ainé de l’Imam Khomeyni (que son âme soit au paradis) commença ses études de sciences islamiques A l’âge de 15 ans, il n’avait que 27 ans lors qu’il fut nommé docteur en lois islamiques. II était encore tout jeune qu’il maitrisa la majorité des sciences islamiques. Le 13 Abãn 1343 (4 Novembre 1964) il fut arrêté et emprisonné sur l’ordre du régime du Shãh, II fut libéré après 58 jours mais on l’arrêté de nouveau et fut exilé en Turquie (13 Dey-3 Janvier). Comme son vénérable père, il avait un caractère intransigeant et il ne pensait que pour renverser le régime Pahlavi, il fallait une insurrection multilatérale et il s’évertua lui-même dans ce sentier. Un an avant la victoire de la Révolution islamique, il fut tué en martyr, à l’âge de 47 ans par les agents de l’organisation de sûreté de l’Iran, en lrak (A Najaf).

3. L’Imam fait allusion aux événements survenus au mois de Shahrivar, notamment le vendredi noir. Conf. à la page 88, notice n°1.

4. Yazid fils de Moãvieh (né en l’an 26 de l’hégire lunaire, mort en l’an 62 de l’hégire lunaire) succéda à son père en l’an 60 de l’hégire et devint calife des musulmans. C’était un jeune homme ignorant, inculte et pervers. Le règne de Yazid dura trois ans et demi. La première année, il assassina Hussayn fils l’Ai (que le salut de Dieu soit sur lui). La seconde, il pilla la ville de Médine et la troisième, il attaqua la Mecque. Conf. à la notice n 1, page 26.

5. Conf. notice n 1, page 88.

Source: Imam Khomeyni, Maximes, conseils et recommandations, éd. Fondation de la rédaction et de la publication des œuvres de l’Imam Khomeyni, Téhéran, 1995.

Articles Relatifs:

Le 15 Khordãd selon l’Imam Khomeyni

Le soulèvement du 15 Khordãd (5)

Le soulèvement du 15 Khordãd (4)

Le soulèvement du 15 Khordãd (3)

Le soulèvement du 15 Khordãd (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)