• Nombre de visites :
  • 398
  • 13/12/2011
  • Date :

Le docteur Mossadegh, chef du Front National

le docteur mossadegh

   Lors des élections de la 16eme législature, l’Ayatollãh Kãshãni fut élu par le peuple téhéranais. La coalition entre la faction des religieux combattants, l’Ayatollãh Kãshãni, et du Front National, fit pencher le plateau de la balance en faveur des partisans de la nationalisation de l’industrie de pétrole au détriment du Shãh.

Les Fadãiyãns de l’Islam soutenus par l’Ayatollah Kãshãni, infligèrent des coups décisifs lors de quelques opérations sans précédent, aux gouvernements inféodés du Shãh.

   C’est grâce à ce soutien que le docteur Mossadegh, chef du Front National fut nommé premier ministre. La révolte du 30 Tir se déclara à Téhéran et l’Iran put enfin fêter son ancien souhait, la   nationalisation de l’industrie pétrolière; or peu après, les divergences surgirent au sein du front de   coalition et les différends entre les Fadãiyãns de l’Islam et l’Ayatollãh Kãshãni d’une part et les leaders du Front National, d’autre part, risquèrent même de se transformer en des confrontations. L’Ayatollãh Kãshãni persistait sur son opposition au paiement des indemnités à l’Angleterre en contrepartie de la nationalisation de l’industrie du pétrole et était persuadé que c’était l’Angleterre qui devait payer des indemnités à l’Iran pour lui avoir pillé, pendant 50 ans son pétrole. Il avait sérieusement mis en garde, pour ne pas dire menacé; le docteur Mossadegh contre tout compromis à ce sujet.

Par ailleurs, l’Ayatollãh Kãshãni était vivement opposé à remplacer dans l’industrie pétrolière, tout comme dans les autres domaines économiques, les anglais par les américains et leurs sociétés, alors que de nombreuses autorités du gouvernement de docteur Mossadegh, ne cachaient pas leur tendance à cette idée.

   Le danger de la participation des éléments laïques au mouvement et la confiance au parti Toudeh, constituaient d’autres cas de divergences. Parallèlement à la croissance du pouvoir du premier ministre et l’insinuation des dits éléments dans le gouvernement national, les propagandes antireligieuses   préconçues, s’augmentèrent.  

Les trahisons du parti Toudeh étaient arrivées à leur paroxysme et la faction religieuse du mouvement se trouvait isolée. L’Amérique exploita fort bien cette situation et garantit de par le coup d’état du 28 Mordad 1332, le règne totalitaire de roi et réprima l’opposition.

Source: ANSARI. Hamid, Le récit de l’éveil, éd. Fondation pour la Rédaction et la Publication des œuvres de l’Imam Khomeyni, Téhéran, 1996, PP. 42-44.

Articles Relatifs:

Les rôles des personnalités politiques dans la victoire

L’idée du gouvernement islamique en Iran

Modaress tué en martyr

L’occupation de l’Iran par les troupes d’agression des alliés

Le plan de réforme de l’Imam Khomeyni

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)