• Nombre de visites :
  • 528
  • 15/12/2011
  • Date :

Le Noble Prophète avait désigné l’Imam ’Ali comme son successeur (2)

imam ali

* Lorsque le Prophète voulut se diriger vers Tubûk, il dit à l’Imam ’Ali: «Tu es à moi ce que Hãrûn était à Mûssã (Moïse), à cette différence près qu’il n’y a pas de Prophète après moi».

    Or cette déclaration confère à l’Imam ’Ali les mêmes prérogatives, les mêmes privilèges et la même position qu’Allãh avait accordés à Hãrûn, à l’exception de l’association à la Mission prophétique, puisque, le Message de l’Islam étant le dernier Message révélé, il ne peut pas y avoir un autre prophète après le Prophète Mohammad (P). En d’autres termes ’Ali devint l’assistant et le représentant et le remplaçant du Prophète de son vivant et après sa mort, et acquit du même coup la préséance sur toute l’humanité, et ce d’une façon d’autant plus irréfutable que le Noble Coran en atteste.

En effet, le Coran nous dit que le Prophète Mûssã avait demandé à Allãh: «Donne-moi un assistant, de ma famille: mon frère Aaron; accrois ainsi ma force; associe-le à ma tâche afin que nous Te glorifions et que, sans cesse, nous T’invoquions ...» et que Dieu accéda à sa requête: «Dieu dit: O Moïse! Ta Prière est exaucée». (1)

* Lors de son voyage de retour du dernier pèlerinage, dit le Pèlerinage d’Adieu, le Prophète (P) fit halte à Ghadîr Khum. Il convoqua les pèlerins qui l’accompagnaient et dont le nombre s’élevaient à plus de 100 000, à se rassembler pour l’écouter. On érigea une chaire. Le Noble Prophète y monta. Et, tenant la main de l’Imam ’Ali, il s’écria: «N’ai-je pas plus d’autorité sur les croyants qu’ils n’en aient eux-mêmes sur eux-mêmes?». «Si!», répondit la foule. «N’ai-je pas plus d’autorité sur tout croyant qu’il n’en ait lui-même?» demanda encore le Prophète (P). «Si!», répondirent les pèlerins en chœur.

Le Prophète leva alors la main de l’Imam ’Ali (p) et proclama: «Celui-ci est l’autorité (le Maître) de quiconque je suis le Maître! O Allãh sois l’Ami de quiconque est son ami, et l’Ennemi de quiconque est son ennemi».(2)

   Ou selon la version d’Ahmad Ibn Hanbal le Messager d’Allãh dit alors: «De quiconque je suis le Maître, ’Ali aussi est son Maître». (3)

Notes:

1. Sourate Tã Hã, 20: 29-36.

2. Voir "Sahîh Ibn Mãjah", p. 12.

3. "Musnad Ahmad Ibn Hanbal", Tom. 4, p. 281 (Ahmad Ibn Hanbal souligna que ce Hadîth avait été relaté par 33 Compagnons. Le même Hadîth est rapporté par Al-Nasã’î dans "Khaçã’iç ’Ali Ibn Abi Tãlib", par Al-Tirmithî, Al-Tabarãnî, "Kanz Al-’Ommãl", "Mustadrak Al-Sahîhayn" et bien d’autres.

Articles Relatifs:

Le Noble Prophète avait désigné l’Imam ’Ali comme son successeur (1)

Lorsque l’Imam ’Ali  était à la tête du pouvoir

Le modèle parfait de l’école islamique

La position de l’Imam sur sa désignation du calife

L’attitude de l’Imam ’Ali face à la résurrection contre ’Othmãn (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)