• Nombre de visites :
  • 300
  • 5/1/2012
  • Date :

La situation d’Ashourã

imam al-hussayn

Traduit par M. Rastegar

   Au jour de l’Ashourã, lorsque le vénéré Imam Hussayn (S.L.) et les siens étaient tous entourés par les ennemis, et que les femmes et les enfants de son camps souffraient de la soif, au moment où la vie de ses enfants, de ses frères et compagnons était menacées, il leur dit : "Dieu autorise que nous soyons tous tués aujourd’hui. Soyez patients et fait le Djihad.

C’est notre Dieu qui autorise que nous soyons tous tués par les épées des Omeyyades pour que les vertus et la justice deviennent éternelles. Dieu a autorisé que ma famille soit emprisonnée et que les gens sachent que le vrai croyant ne fait pas le baisemain à l’oppresseur pour lui permettre de faire tout ce qu’il veut avec les gens. " (1)

   Obeydollah ibn Ziyad qui fut le gouverneur omeyyade de Bassora et de Koufa voulut fuir à Bassora après la mort de Yazid. Il se déguisa en femme et il se fit accompagner par un homme qui disait aux passants: "Eloignez-vous. C’est une femme de ma famille qui était venu à la maison d’Obeydollah ibn Ziyad. Je veux l’amener avec moi. " En effet, c’est ainsi qu’il s’en fuit avec mépris et bassesse pour se sauver de la mort. (2)

Mais au beau milieu de l’épopée du courage et du sacrifice au jour de l’Ashourã, alors que ses ennemis innombrables l’avaient entouré et que les troupes de la corruption et de la perdition avaient encerclé lui et les siens, le troisième astre du firmament de l’imamat, le vénéré Imam Hussayn (S.L.) rejeta de nouveau la proposition de Yazid qui lui avait demandé son allégeance, et ce malgré le fait que l’acceptation de cette proposition aurait pu le sauver de cette bataille sanglante et angoissante. Avec courage, vertu et puissance, le vénéré Imam Hussayn rejeta cette proposition et dit: "Je jure Dieu que je ne tendrai jamais la main vers vous comme des personnes vilains et méprisables, et je ne me fuirai pas devant vous comme des esclaves. " (3)

Notes:

1) Ithbat-al-Wassiyt, Mssu’di, p.216.

2) Al-Ummat va al-Siyassat, Ibn-Qutayba, vol2, p.21.

3) Al-Irshad, p.218.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)