• Nombre de visites :
  • 432
  • 5/1/2012
  • Date :

Prêter le serment d’allégeance à Yazid

 

imam al-hussayn

Traduit par M. Rastegar

   Ce sont ces caractéristiques qui ont amené le vénéré Prophète (S.D.L.D) à dire cette phrase à propos de l’Imam Hussayn (S.L.): "Hussayn fils d’Ali (S.L.) est la lumière de la guidance, le vaisseau du salut, le guide du bonheur et l’imam de la dignité et de la grandeur." (Oyoun al-Akhbar al-Reza, vol. 1, p. 60). L’Ashourã n’était pas un simple combat entre un gouverneur corrompu et un guide dévoué. En réalité, le vénéré Imam Hussayn (S.L.) était le gardien des principes de l’Islam pur du vénéré messager de Dieu.

Il vit l’état du gouverneur des Musulmans, et il comprit que s’il n’y réagissait pas immédiatement, tous les efforts du vénéré Messager de Dieu (S.D.L.D), les sacrifices du vénéré Commandant des croyants, le vénéré Imam Ali (S.L.), les efforts de la vénérée Fatemeh Zahra (S.E.) et de l’Imam Hassan (S.L.) et leurs compagnons seraient anéantis.

   Avant l’annonce de la mort de Moaviyah et avant que le peuple ait le temps de réagir contre le califat sinistre et injuste de Yazid et le passé sombre des Omeyyades, Yazid et les mercenaires des Omeyyades à Médine – ville du vénéré Prophète (S.D.L.D) – voulaient obtenir de l’Imam Hussayn (S.L.) son serment d’allégeance, afin de préparer ensuite leurs complots et desseins. AbdAllãh ibn Zubair qui craignait un avenir incertain et se trouvait devant un dilemme dangereux, demanda l’avis du vénéré Imam Hussayn (S.L.) à propos de la prestation du serment d’allégeance à Yazid. Le vénéré Imam Hussayn (S.L.) lui répondit: "Je ne lui prêterai jamais son allégeance, car Yazid est un ivrogne qui s’amuse avec des chiens. C’est un corrompu qui se salit de tous les vices, c’est un oppresseur qui ne mérite pas le califat et le leadership des Musulmans. C’est avec cette idée et cette volonté ferme et inébranlable que je rencontrerai le gouverneur de Médine (Walid). "

En voyant l’angoisse et la peur dans le visage d’Abdollah ibn Subair, le vénéré Imam Hussayn fit preuve d’une véritable volonté et d’une profonde compréhension de la nécessité du combat et de la résistance pour sauver la vie religieuse de la communauté musulmane, et lui dit : "Je ne suis pas de ceux qui se soumettent au mépris et à la bassesse, pour me laisser prendre facilement par les ennemis de l’Islam et du Coran. 

" Il se rendit ensuite auprès du gouverneur de Médine et lui dit : "Je suis Hussayn, et je n’ai aucunement l’intention de suivre le chemin des Omeyyades. Par contre, j’ai la responsabilité et le devoir religieux, en tant qu’imam, de m’opposer aux corrompus soi-disant musulmans et de me battre contre eux. " Quand l’Imam Hussayn (S.L.) voulut partir, Marwan s’adressa avec orgueil à Walid et lui dit : "Ne le laisse pas tranquille. À ce moment, tu as l’occasion de soit obtenir son serment d’allégeance soit en finir définitivement avec lui.

Articles Relatifs:

La logique de l’Imam Hussayn (S.L.) et le refus de prêter d’allégeance aux oppresseurs

La mine d’Imam le jour d’Ashourã

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)