• Nombre de visites :
  • 267
  • 9/1/2012
  • Date :

Les bienfaits issus du respect des droits des parents (4)

parents

   Dans l’ouvrage Le Chemin du Salut, au sujet de l’effet positif découlant du respect porté aux parents, une jolie histoire coranique est mentionnée autour des vers 69 à 73 de la sourate La Vache. Un homme fortuné chez les israëlites était privé d’enfant et son neveu était son unique héritier. Son neveu attendait impatiemment la mort de son oncle mais en vain, si bien qu’il planifia son assassinat et le mit à exécution. Il abandonna son corps parmi la tribu d’Israël afin de couvrir le crime ou pour obtenir le prix du sang par avidité et se rendit auprès de Moïse (paix sur lui) et dit que l’assassin était inconnu et qu’il fallait le trouver afin d’obtenir le talion ou le prix du sang. Il y a certains commentaires qui ont évoqué le refus du mariage avec sa nièce comme mobile du meurtre. Moïse attendit la révélation et après qu’elle lui vint, il dit:     

« égorgez une vache et frappez le cadavre avec un morceau de la bête! Il découvrit la vérité sur ordre divin. Les israëlites prirent prétexte des caractéristiques de la vache pour ne pas l’égorger et en demandèrent tant qu’il devint difficile de trouver une vache correspondant à cette description. Finalement, l’ayant trouvé, ils l’achetèrent à son propriétaire à prix élevé, puis la sacrifièrent et frappèrent le cadavre avec un morceau de la bête si bien que les paroles de Moïse (psl) se réalisèrent.

   Qui était le propriétaire de la vache? Le propriétaire de la vache était un commerçant qui respectait grandement son père. Un jour, une transaction très profitable se présenta à lui, mais la clef de l’entrepôt se trouvait auprès de son père endormi. Il préféra délaisser la transaction afin de ne pas réveiller son père. Quand son père se réveilla et comprit ce qui s’était passé, il lui offrit une vache en guise de remerciement. Le saint Prophète (pslf) déclara à la fin de cette histoire: «regardez le bien causé à l’auteur du bien» (1). L’Imam Bãqir (psl) explique: «Moïse fils de Imran (psl) dit: «ô mon Dieu! Donne-nous un ordre ! ». Il dit alors: «je te recommande de bien te comporter avec ta mère!». Il répéta cette supplication trois fois et entendit la même recommandation. La quatrième fois, il dit : « je te recommande de bien te comporter avec ton père!» (2). Dans le livre La Mystique islamique, on lit : Une noble personne adoratrice du Créateur, embrassait quotidiennement les pieds de sa mère. Un jour il se rendit plus tard qu’à l’habitude chez ses frères lesquels demandèrent: pourquoi est-il venu tard? Il répondit: «j’étais occupé dans les parcs paradisiaques car il nous fut révélé que le paradis se trouve sous les pieds des mères». Un homme vint auprès du saint Prophète (pslf) pour dire: «ma mère a vieilli, je la porte sur mes épaules, je la nourris, je la nettoie et la lave tout en détournant mon regard par pudeur, cela suffit-il comme respect pour ma mère?». Il répondit: «certes pas! Car son ventre était ton récipient, ses tétons étaient ton lieu de sustentation, ses pieds étaient tes chaussures, sa main s’occupait de toi, sa tunique était une place sûre pour toi; elle faisait tout cela tout en conservant l’espoir de te voir vivre tandis que tu fais tout cela tout en espérant sa mort. (3)

Notes:

(1) Commentaire Nour Al-Thaqalayn, t.1, p.88

(2) Mizan Al-Hikma, t.14, p.7095; Mishkat Al-Anwar, p.162

(3) Mustadrak Al-wasa’il, t.15, p.180

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)