• Nombre de visites :
  • 268
  • 19/2/2012
  • Date :

Les cas exceptionnels où la calomnie est permise

calomnier

Traduit par Joseph Elysée

   Dans de nombreux cas, parler des défauts de quelqu’un n’a pas pour objectif de lui nuire mais de pousser les gens à le conduire dans le bon chemin, par exemple dire que tel professeur n’enseigne pas bien pour pousser l’Université à choisir un meilleur professeur, tout en restant respectueux et sans avoir l’intention de détruire sa réputation, est une chose permise. Il y a un hadith qui expose certains abus au niveau des relations sociales:

Comme le cas de ceux qui invitent des gens mais ne les reçoivent pas bien, si les invités en parlent cela ne pose pas de problèmes. Bien que ce hadith concerne un cas précis, nous pouvons l’étendre à tous les cas de manque de respect.

   Dieu, qui est "celui qui cache les défauts", n’aime pas que les défauts des gens soient révélés au grand jour et que leur réputation soit mise à mal. Nous savons que tous les êtres humains ont des points faibles; s’il était question que tous ces défauts soient étalés au grand jour, une ambiance de suspicion envahirait toute la société et rendrait toute coopération impossible. Par conséquent pour préserver les liens sociaux et humains, il n’est pas nécessaire de lever le voile sur les actions cachées des gens.

(Makarem Shirazi, Tafsir Nemoune, vol.4, p.184).

De plus il est plus prudent de ne pas le faire car souvent notre suspicion à l’égard de quelqu’un est souvent le résultat de malentendus ou d’exagérations dans les plaintes. Comme l’a dit l’Imam Sãdiq (psl), « Il y a des gens qui ont été opprimés et exagèrent tellement dans la malédiction du coupable qu’ils deviennent eux-mêmes des oppresseurs aux yeux de Dieu» (Usul al-Kãfi, vol.2, p.333).

   A chaque mauvaise action correspond une punition précise: si quelqu’un fait du mal à quelqu’un d’autre, ne se repend pas et ne cherche pas à se faire pardonner, sa punition doit être fixée dans la mesure de son délit.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)