• Nombre de visites :
  • 524
  • 20/2/2012
  • Date :

Arrivée du jour d’Ashourã

ashoura

   Les jours passèrent, et arriva le jour de l’Ashourã. Les amis et les guerriers de l’Imam partirent l’un après l’autre sur le champ de la bataille. Assoiffées, ils se battirent, et tombèrent l’un après l’autre en martyr.

Les hommes de Yazid furent cruels. Ils étaient les mêmes qui avaient appelé l’Imam Hussayn (S.L.) à venir de Médine vers eux. Mais ils brisèrent leurs pactes et ils tirèrent leurs épées sur l’Imam et les siens.

   La guerre fut sans merci. On pouvait lire la fatigue sur le visage du vénéré Imam Hussayn (S.L.). Tantôt il se rendait au milieu des tentes, tantôt il allait sur le champ de la bataille. Les enfants de son camp eurent soif, et le vénéré Imam Hussayn eut du mal à les voir frotter leur ventre sur un bout de terrain humide.

   L’histoire de la soif nous apprend que pendant les événements de l’Ashourã, le bébé nourrisson du vénéré Imam Hussayn avait, lui aussi, très soif. L’Imam le prit dans ses bras pour le calmer. L’Imam se tourna vers les hommes du camp opposé, et leur dit: « Si vous me considérez comme ennemi, ayez pitié au moins de ce nourrisson. » L’un des ennemis tira une flèche qui coupa la gorge du bébé assoiffé. L’Imam mouilla sa main du sang du bébé et jeta le sang vers le ciel afin que ces gouttes de sang soient un argument de Dieu pour ses ennemis. En effet, ce fut une promesse divine qui avait commencé au pied de la source de Zamzam avec Ismaël, et qui finit par le martyre du bébé qui s’appelait ’Ali Asghar.

Voici Ména, et voici Ismaël qui est devenu un jeune homme de quatorze ans. Chaque fois que son père, le vénéré Abraham, le regardait, son cœur se remplissait de joie. À l’approche du mois de Moharram, Abraham dit à son fils: «Ismaël, j’ai vu dans mon rêve que je suis en train de te sacrifier!» Ismaël répondit: «Père! Fais ce que Dieu t’a ordonné de faire. Et tu me trouveras patient et soumis à l’ordre divin.»

M. Aqãmiri

Traduit par M. Rastegar

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)