• Nombre de visites :
  • 336
  • 20/2/2012
  • Date :

Les repentants de la dernière minute dans l’histoire d’Ashourã

moharram

Traduit par M. Rastegar

   L’histoire de l’Ashourã nous présente plusieurs exemples d’individus qui ont pris de telles décisions à la dernière minute pour évoluer totalement leur existence.

   A titre d’exemple, Obeïdallah ibn Horr Ja’afi était l’un de ceux qui ne pensaient pas –même à la dernière minute– de réparer leurs péchés d’autrefois. Lorsque le vénéré Imam Hussayn (S.L.) lui dit: «Tu as commis beaucoup de péchés. Il est le temps maintenant que tu te précipites à nous aider pour réparer des péchés et te repentir.», il répondit: «Veuillez accepter mes excuses. Mais j’ai un très bon cheval que je vous offre.» Le vénéré Imam Hussayn (S.L.) dit: « Nous n’avons besoin ni de toi ni de ton cheval. Le saint Coran nous dit de ne pas chercher appui auprès des oppresseurs. Si tu ne nous soutiens pas par ta personne, sors d’ici immédiatement. Mais sache que qui entend notre appel d’aide, et qui refuse de nous secourir, sera logé dans le feu de l’enfer par Dieu le Très-haut. »

Voilà comment Obeïdallah ibn Horr Ja’afi, à des moments les plus décisifs de sa vie refusa de soutenir son imam, et qui se fit une honte éternelle et un remords irréparable. Après les événements tragiques de Karbala, il regrettait toujours d’avoir refusé d’aider le vénéré Hussayn (S.L.). Mais ses remords tardifs ne pouvaient plus changer son sort (مقتل الحسين، مقرم) Maqtal-al-Hussayn de Moqram , p. 223)

   Par contre, il y avait des individus comme Horr ibn Yazid Riyahi, qui évoluèrent soudain, pour aller secourir à la dernière minute le vénéré Prince des martyrs, après s’être égaré tout au long de leur vie. Dieu les récompensa en leur accordant Sa satisfaction et les logeant dans le paradis céleste.   

Mais il faut souligner que des exceptions telle que celle de Horr ibn Yazid Riyahi sont rares, et l’histoire nous prouve que la plupart des gens qui veulent réparer leurs erreurs à la dernière minute, sont souvent condamnés à l’échec.

  Le bonheur et le salut appartiennent à ceux qui ont un but bien déterminé dans leur vie, et qui ne traînent pas la réparation de leurs erreurs. Ils s’efforcent à faire chaque chose en son temps, sans jamais la reporter à plus tard. Dieu le Très-haut leur promet le salut:

فَأَمَّا مَنْ تابَ وَ آمَنَ وَ عَمِلَ صالِحاً فَعَسى‏ أَنْ يَكُونَ مِنَ الْمُفْلِحينَ

 «Puis, celui qui se sera repenti, qui aura cru, et fait le bien, il se peut qu’il soit des gagnants.»

(sourate 28, verset 67)

   Le secret de cette réussite c’est qu’ils prennent au sérieux la vie, et ils sachent que pour réussir il faut agir dès l’instant, sans remettre les choses à la dernière minute. 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)