• Nombre de visites :
  • 264
  • 22/2/2012
  • Date :

L’univers est un temple...

l’univers

L’univers est un temple où l’on voit l’injustice

Se targuer sur l’autel, un sceptre dans la main.

La modeste vertu, victime du dédain;

Y marche l’œil baissé devant l’éclat du vice;

Et les pâles talents, couchés sur des grabats,

Y veillent consumés, par la faim qui les presse,

Tandis que, s’égayant, chantant dans la paresse,

L’ignorance au teint frais s’endort dans le damas. [...]

Quand le teint du soleil s’obscurcit de pâleur,

Quand tout autour de moi respire la tristesse,

Mon cœur est soulagé, je sens moins mon malheur;

Je crois que la nature à mon sort s’intéresse ;

Je crois que, courroucé d’avoir vu les humains

Refuser des secours à mes tristes destins,

Le ciel ne daigne pas leur prêter sa lumière...

Ou plutôt il me semble, et j’en suis consolé,

Que tout est comme moi plaintif et désolé.

J’aime à me retracer ma nouvelle carrière :

Mon lit sera la feuille, un antre ma chaumière,

L’herbe ma nourriture, et l’onde ma boisson,

Mes plaisirs l’innocence, et mon bien la raison. [...]

Nicolas Gilbert (1750-1780)

Source: Poesie.webnet.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)