• Nombre de visites :
  • 273
  • 24/2/2012
  • Date :

Les maîtres du Paradis

imam baqir

   Le jour de la résurrection est surnommé «Jour de la grande peur»,(faza’ akbar). C’est le jour où un grand tremblement de terre aura lieu et détruira tout. Selon les versets de la sourate 81, c’est le jour où le soleil sera décroché, les étoiles seront obscurcies, les montagnes seront mises en marche, et les mers seront surchauffées. Bien que ces descriptions viennent dans le texte coranique pour annoncer la résurrection qui est considérée comme l’événement le plus important de l’univers, le Coran souligne l’aspect douloureux et indescriptible de l’horreur qui est propre à la résurrection.

   Le fidèle pourra-t-il faire quelque chose pour se mettre à l’abri de cette peur indescriptible et pour se mettre à l’ombre du salut divin?

La résurrection est indescriptible

La résurrection est plus dure et plus douloureuse de tout ce que l’esprit humain ne puisse imaginer. En effet, Dieu le Très-haut n’exagère jamais l’importance d’un événement ou d’un phénomène. C’est pourquoi la Parole divine décrit le monde des matières comme une marchandise sans grande valeur.

    Mais lorsqu’il s’agit du jour de la résurrection, le noble Coran le désigne comme «chose immense» ou un «grand tremblement de terre destructeur».

   Bien que les versets coraniques nous avertissent quant à notre sort dans l’au-delà, il nous propose aussi les voies assurant la sauvegarde et la protection.

Selon les hadiths, si l’homme accomplit certains devoirs pendant son existence terrestre, il pourra espérer non seulement se mettre à l’abri des souffrances et des châtiments de l’au-delà, mais d’y gouverner comme un roi, grâce à la clémence du Seigneur qui le logera dans le paradis céleste.

   Qui sera en mesure de connaître cette immense joie? Beaucoup penseront que cela ne serait admis que par de longues et interminables prières ou la pratique des actions difficiles et des exploits inimaginables. Cependant, le vénéré Imam Bãqir (S.L.) nous apprend que la réussite sur ce chemin est plus facile que nous le pensions. Un hadith du vénéré Imam Bãqir (S.L.) dit: «Dieu Tout-Puissant révéla à Moïse fils d’Amran (as):

انّ لي عباداً ابيحهم جنّتي و اُحکُّمُهم فيها

  "En vérité, J’ai des serviteurs que Je logerai dans le paradis dont ils seront les maîtres." Le vénéré Moïse fils d’Amran (S.L.) demanda: "Qui seront-ils?" Dieu le Très-haut répondit:

من ادخل علي مؤمن سروراً

"Ceux qui rendent joie et bonté à Mes serviteurs".»

(Osûl Kãfi, vol. 2, p. 189)

   Ce lumineux hadith du vénéré Imam Bãqir (S.L.) nous apprend que l’action la plus pieuse consiste à rendre aux croyants de la joie et de la bonté.

M. Mahdavi

Traduit par M. Rastegar

Articles Relatifs:

Les croyants et la voix paradisiaque  

L’avis du Messager de Dieu (S.D.L.D.)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)