• Nombre de visites :
  • 311
  • 4/3/2012
  • Date :

La résistance des savants chiites face au Communisme

chiites d’irak

   Face à cela, les oulémas chiites s’organisèrent pour contrer l’influence grandissante du communisme parmi la population chiite, qui symbolisait notamment la rébellion de la part de ces jeunes générations de chiites face a l’autorité des Mujtahids.

Avant la révolution de 1958, les mujtahid s’allièrent au gouvernement monarchique et aux Britanniques pour combattre le communisme en Irak et appelèrent les officiers britanniques a renforcer le pouvoir de Najaf et Karbalã et à développer les études religieuses et les pèlerinages dans les villes saintes.

   L’ayatollah Khalisi, connu pour ses ferventes positions anticommunistes, est alors autorisé à revenir en Irak. Cependant, le président irakien Kassem, qui n’avait pas de base politique fiable, soucieux qu’il était de pouvoir contrer les pressions baasistes, s’est appuyé principalement sur les communistes pour se maintenir au pouvoir. Cela a eu pour effet d’accroître leur influence dans le pays. La hiérarchie religieuse chiite réagit fortement en développant un mouvement anti-communiste dans les années 1960 à Najaf, Karbalã, et Hilla, soutenu par le Grand Ayatollah Mohsen al-Hakim. Il émit une fatwa condamnant le communisme et le considérant comme incompatible avec l’islam.

Le gouvernement prit alors plusieurs mesures afin de limiter l’influence des mujtahid sur la population chiite, dont la Loi sur le statut personnel de décembre 1959 1.

Note:

1. Y. Nakash, The Shi’is of Iraq, op. cit., pp.134-135

Source: Barah Mikhail, La question de la Marja’iyya chiite, Paris: IRIS, 2005

Articles Relatifs:

La frustration des Chiites et le Communisme irakien

Chiites irakiens: leur rôle dans l’Irak d’après 1930

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)