• Nombre de visites :
  • 427
  • 5/3/2012
  • Date :

Les débuts d’une affirmation politique

11-septembre

Il faudra attendre les événements du 11-Septembre, puis l’invasion de l’Irak de mars 2003, pour que les chiites d’Arabie saoudite fassent un pas supplémentaire vers la revendication de meilleures modalités d’organisation tant sur le plan cultuel que politique.

   Symbolisée par une pétition intitulée «Partenaires dans la nation» soumise au Prince héritier Abdallah d’Arabie, cette démarche sera importante à double titre: d’une part, elle montre que les chiites nationaux n’avaient pas – ou plus – de craintes de faire part de leurs doléances en tant que citoyens chiites; et d’autre part, il va de soi que les modifications intervenues sur la scène internationale (du fait du 11-Septembre) et régionale (l’invasion de l’Irak) avaient contribué à déstabiliser quelque peu une Arabie saoudite dont dix-neuf ressortissants avaient participé aux attaques du World Trade Center, et dont la proximité de l’Irak faisait craindre un rejaillissement des effets sur le territoire saoudien. Néanmoins, on ne peut pour autant en déduire que les chiites d’Arabie auraient profité de cette occasion pour asseoir leur organisation politique en fonction de critères confessionnels. Dans leur requête adressée au pouvoir, ceux-ci continuaient en effet à se définir en fonction d’un seul cadre national, d’autant plus que les mouvements politiques auxquels ils sont susceptibles d’appartenir sont restés dans l’état: ni fusion politique, ni coordination des forces n’ayant pu être notée.

C’est ainsi que l’on peut distinguer aujourd’hui deux structures politiques majeures, informelles, rassemblant les chiites saoudiens: le Mouvement chiite islamique de la Réforme (Al-haraka al-islamiya ash-shi’iya lil-islah); et le Hezbollah saoudien/Partisans de la ligne de l’Imam (Hizbollah al-saoudi/Ansar khat al-imam). Ce à quoi s’ajoutent deux courants idéologiques principaux : les Traditionalistes et les chiites libéraux 1.

Note:

1. International Crisis Group, op. cit., pp. 6-7.

Source: Barah Mikhail, La question de la Marja’iyya chiite, Paris: IRIS, 2005

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)