• Nombre de visites :
  • 843
  • 1/5/2012
  • Date :

Porter le voile au travail en France

porter le voile

   Je travaille en tant conseillère commerciale. 99% de mon activité correspond à de la télévente. Début avril, je me suis rendue au bureau de ma directrice pour lui parler de mon intention de porter le voile dans l’entreprise car je souhaitais d’abord lui en parler.

   Elle m’a clairement dit qu’elle était profondément contre le port du voile puis a tenu ces propos:

"et après ça sera quoi? Déjà je suis contente que vous ne me demandiez pas d’aménagement d’horaires pour le ramadan....", "je souhaite garder une neutralité dans l’entreprise vis à vis des clients et conseillers" "l’image de l’entreprise sera dégradée..." "Porter une croix au cou c’est différent ça ne se voit pas..."

Je lui ai expliqué qu’il n’y avait pas de loi qui interdit le port du voile dans une entreprise du secteur privé et que ma décision était prise puisqu’il ne s’agit avant tout que d’un style vestimentaire. J’ai cité d’autres exemples d’entreprises où des amies travaillent avec un foulard et la directrice m’a tout simplement souhaité bonne chance avec ces entreprises mais en m’indiquant qu’elle appréciait ma démarche avant toute décision. Elle m’a demandé de lui laisser la semaine pour en parler au directeur général, ce que j’ai accepté.

   Quelques jours plus tard, la directrice est revenue vers moi et m’a demandé de l’accompagner dans le bureau du directeur général. Le directeur général a expliqué qu’il ne souhaitait pas faire intervenir ni les avocats ni la loi puisque honnêtement "il s’en foutait" que je porte ou pas le voile dans l’entreprise mais qu’il trouvait ça déplacé vis à vis des salariés et clients qui pouvaient parfois venir au siège. Selon lui, ces personnes pourraient se sentir agressées par mon voile puisqu’ils ont une image négative véhiculée par les médias…

Pendant à peu près 45 min ils m’ont parlé de tout et n’importe quoi: Du racisme vis à vis des "blancs", des extrémistes, du Front National, du Moyen Orient, de l’effet domino que ça pourra avoir (d’autres salariées pourraient faire pareil), si je pouvais le porter un jour sur deux, de prendre le temps de bien réfléchir.... Bref, ils ont essayé de m’en dissuader. Je n’ai pas beaucoup parlé puisque pour moi je n’ai pas à m’excuser d’être musulmane mais je suis restée courtoise. J’ai expliqué que j’avais bien compris leur position mais que ma décision est prise. Je ne peux pas laisser une partie de moi au parking!

   A la fin de l’entretien le directeur m’a demandé ce que j’aurai pensé si une personne était venue avec une croix gammée ou une carte FN accrochée à sa poche!!! Ça m’a assez choquée mais je n’ai pas réagi sur le coup. Et si le directeur d’une entreprise faisant partie du FN refuse mon voile? Ma réponse a été courte : "il aurait fallu me licencier si mon voile le dérangeait." Le directeur a tout de suite réagit puisqu’il pense qu’il serait ridicule de me licencier pour ce motif, d’autant plus que je suis un bon élément dans l’entreprise. Ils m’ont quand même avertie sur le fait qu’ils seront vigilants concernant "l’effet domino" ou autre forme de prosélytisme et qu’ils pourraient intervenir si besoin. L’entretien était terminé à ce moment là.

Le lendemain je suis venue avec et EL HAMDOULILAH tout c’est bien passé. Aujourd’hui, je n’ai pas eu de remarque de la part de ma hiérarchie. Je vous remercie pour votre réactivité et pour la création de ce collectif puisque c’est grâce aux conférences du CCIF en province que j’ai pu avoir toutes les informations concernant la législation, mes droits et le courage de le porter dans l’entreprise malgré la réticence de ma hiérarchie.

Source: Collectif contre l’Islamophobie

Articles Relatifs:

Amnesty International épingle la France pour Islamophobie

Les dessous d’un débat savant: l’Islamophobie déconstruite

La loi anti-burqa de Sarkozy-Copé

La loi antivoile du 15 mars 2004 (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)