• Nombre de visites :
  • 1000
  • 9/5/2012
  • Date :

Behzãd vécut pour son art

leili et madjnûn à l’école, khamseh de nezamî, behzad, herat, xve siècle

   Behzãd ne vécut que pour son art et porta à l’extrême sa recherche d’une vision picturale épurée, ésotérique et mystique.

Il manifestait une nette attirance pour le soufisme et la voie mystique tracée par le poète Jãmî, qu’il suivit sa vie durant. Il essaya d’ailleurs, au début de sa carrière, de transférer la technique poétique de ce dernier dans sa peinture.

   Behzãd passa le restant du règne du roi Hussayn Bayghara à son service, en tant que chef bibliothécaire et miniaturiste attitré.

Cependant, au début du XVIe siècle, Shãh Beyg Khãn Sheybãnî renversa la dynastie timouride à Herãt où vivait le célèbre miniaturiste. Peu de temps auparavant, ce dernier avait été très affecté par la mort de son maître Mirak et de son vieux protecteur ’Alîshîr.

   Le nouveau roi, Shãh Beyg Khãn, était un homme dur et orgueilleux qui ne manifestait pas un intérêt particulier pour l’art. On dit qu’il poussa l’impudence jusqu’à corriger, pinceau en main, les dessins de Behzâd et d’autres peintres, tandis qu’il leur demandait de rester debout, en rang, et leur expliquait les carences de leur art.

Mais le règne de Sheybãnî ne se prolongea guère. Trois ans plus tard, il fut vaincu par le roi safavide Ismaël Ier qui prit Herãt sans effusion de sang.

   Après trois années de léthargie et d’immobilisme forcé, le début de l’ère safavide marqua le début d’une nouvelle époque pour l’art et un renouveau pour Behzãd et ses collègues. En effet, le respect des safavides pour les Teymourides et leur passion envers tout ce qui était persan les incita, dès leur arrivée au pouvoir, à protéger les artistes.

Arefeh Hedjãzi

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)