• Nombre de visites :
  • 575
  • 18/5/2012
  • Date :

Les instructions religieuses concernant les choses propres et les choses malpropres

le chien

   Il existe des instructions religieuses spéciales concernant les choses légalement propres et les choses malpropres. Nous reproduisons ci-après quelques-unes de ces instructions, extraites du livre intitulé: "Articles of Islamic Acts".

Ci-après certaines choses qui sont malpropres:

* L’urine et l’excrément de l’homme et de tous les animaux dont la viande est légalement non mangeable et dont le sang est jaillissant (ceux dont le sang jaillit lorsqu’on les tue ou qu’on coupe une de leurs artères); le sperme, le cadavre et le sang de l’homme et de tout animal au sang jaillissant, sans tenir compte du fait que sa viande soit légalement mangeable ou non (seul le cadavre de l’homme devient propre après avoir été lavé rituellement).

* Le chien et le porc; leurs poils et tous les liquides qu’ils sécrètent, sont aussi malpropres.

* Le vin et toutes les autres boissons alcooliques qui fermentent spontanément.

   Si une chose propre est en contact avec une chose malpropre alors que l’une ou les deux choses sont mouillées, et que l’humidité de l’une s’infiltre dans l’autre, la chose propre devient malpropre. La nourriture malpropre ne peut pas devenir propre par réchauffement ou ébullition.

   Il est interdit de manger ou de boire une chose malpropre. Il est également interdit d’en nourrir autrui, serait-il un enfant.

Il est interdit de rendre malpropre une feuille de papier sur laquelle figurent le nom d’Allãh ou un verset coranique. Si elle devient malpropre, il faut la purifier immédiatement avec de l’eau. Il est interdit de rendre malpropre le plancher, le plafond, le toit et les murs d’un masjid. Si une partie quelconque d’un Masjid devient malpropre, la saleté doit être enlevée sur-le-champ.

Les vêtements d’une personne accomplissant la prière doivent être:

   a) propres, (b) légaux, (c) ne contenant aucune partie de cadavre dans leur texture, (d) ne contenant aucune partie d’un animal légalement non mangeable, (e) non tissés de soie pure, (f) ne contenant pas de filaments d’or. (Les deux dernières conditions s’appliquent seulement aux hommes, lesquels ne doivent pas se parer avec des ornements en or).

Une personne ayant une blessure, un furoncle ou un ulcère suppurants peut faire sa prière avec son corps ou son vêtement tachés de sang, et ce jusqu’à ce que la blessure, le furoncle ou l’ulcère guérisse, car il est gênant dans de telles circonstances pour la plupart des gens de laver la blessure ou de changer le vêtement.

Source: Behechti & Bãhonar, Philosophie de l’Islam, traduit par Abbas Ahmad al-Bostani, Publication de la Cité du Savoir, Canada.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)