• Nombre de visites :
  • 2049
  • 20/5/2012
  • Date :

Description linguistique de l’arabe littéral

la langue arabe

   Comme les autres langues sémitiques, l’arabe ne connaît que deux temps: l’accompli (qui connote le passé) et l’inaccompli (présent/futur): kataba (il a écrit), yaktubu (il écrit ou il écrira). Par contre, il connaît trois modes qui ne se distinguent que par la vocalisation finale: l’indicatif (yaktubu), le subjonctif (yaktuba), l’apocopé (yaktub). NB: dans la transcription "u" se prononce "ou".

L’arabe possède trois nombres: le singulier (muslimun, un musulman), le duel (muslimãni, deux musulmans), le pluriel (muslimûna, des musulmans) et deux genres: le masculin (muslimun, un musulman) et le féminin (muslimatun, une musulmane).

L’arabe comporte une déclinaison à trois cas (comme l’akkadien), et deux déterminations.

Flexion déterminée (avec l’article al:)

cas sujet: al-muslimu (le musulman)

cas direct: al-muslima

cas indirect: al-muslimi

Flexion indéterminée (avec nounation, c-à-d suffixe "n")

cas sujet: muslimun (un musulman)

cas direct: musliman

cas indirect: muslimin

Le vocabulaire, fondé sur des racines trilittères, est d’une très grande richesse.

Exemple de racine trilittère: La racine KTB dénote l’action d’écrire: de là KaTaBa (écrire), KãTaBa (correspondre avec quelqu’un), aKTaBa (dicter), KãTiB (écrivant, écrivain), KuTtâB (école coranique), maKTûB (ayant été écrit), KiTãB (livre), maKTaB (bureau), maKTaBa (bibliothèque).
  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)