• Nombre de visites :
  • 785
  • 22/5/2012
  • Date :

Le harem et le monde moderne

mille et une nuits

   Essayons de voir maintenant comment le monde moderne a traité la question du harem. Le monde a regardé le harem avec dégoût, et par conséquent cette coutume a été mise à l’écart. L’un des deux facteurs qui l’avaient fait naître a été éliminé. Mais lequel? Ce n’est pas celui de l’inégalité sociale, mais celui de la chasteté de la femme, laquelle n’est plus de ce monde.

L’homme lascif de ce siècle n’a plus besoin de s’encombrer de la charge d’un harem et de supporter le fardeau financier de son entretien coûteux.

   Merci pour la culture occidentale, car pour l’homme de ce siècle le "harem" est disponible partout. Il n’a pas besoin d’en constituer un pour lui. Pour jouir de femmes de différentes races et couleurs, l’homme moderne n’a pas besoin du pouvoir ni de la fortune d’un Hãroun Al-Rachîd ou d’un Fadhl Ibn Yahyã Al-Barmakî. Car il suffit d’avoir une voiture et un revenu mensuel de quelques milliers francs ou dollars pour pouvoir goûter tellement de plaisirs sexuels que même Hãroun Al-Rachîd n’aurait pas pu rêver en avoir autant. Les hôtels, les restaurants et les cafés modernes sont toujours prêts à servir de lieu de harem pour les hommes. Il y a quelque temps, un jeune iranien, Adil Kuwali, a franchement admis qu’il avait eu 22 maîtresses de divers traits et formes en même temps.

Merci pour la culture occidentale, car l’homme moderne jouit de tous les plaisirs d’un harem sans avoir à se soucier des dépenses considérables que son entretien aurait dû lui coûter jadis.

   Si le héros des "mille et une nuits" pouvait être ressuscité de nos jours, et voir les divers moyens de jouir et la gratuité de la femme moderne, il aurait regretté le budget colossal et les efforts incroyables qu’il avait été obligé de consacrer pour entretenir son harem, et il aurait remercié le mode de vie occidental pour l’avoir dispensé de la peine de constituer un harem, et pour avoir décrété l’abolition de la polygamie et du mariage temporaire qui imposent à l’homme des responsabilités et des obligations lourdes vis-à-vis des femmes!

Si vous vous demandiez qui est le perdant dans cette partie, le gagnant étant déjà connu, nous répondrions que c’est malheureusement la femme qui est toujours perdante. Etant crédule et simple, elle était la perdante hier, et elle est la perdante aujourd’hui.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.239-240.

Articles Relatifs:

Le mariage à durée déterminée a-t-il été institué pour faciliter la licence?

Les causes sociales de la formation du harem

Le mariage à durée déterminée et le harem

Russel et sa théorie de mariage à durée déterminée

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)