• Nombre de visites :
  • 616
  • 1/6/2012
  • Date :

L’Islam est-elle une religion de larmes et de deuil? (2)

rire

Traduit par Jean d’Agape

   Le rire joue un rôle positif sur le contrôle de la tension artérielle. Il réduit le risque des maladies cardiaques, augmente l’appétit et contribue à la digestion.

   Les poumons se remplissent d’air et se purifient. Le foie perd ses déchets. La peau retrouve sa fraîcheur et son éclat. Les facultés d’apprentissage se renforcent.

N’oublions pas que tous les vendredis sont des jours de fête pour les musulmans. Tous les jours anniversaires des Imams (AS), tous les moments où l’on vit un état spirituel, pendant les prières, la rupture du jeûne, et tous les jours où il n’existe pas de péché sont considérés comme jours de fête, de joie et de rire.

   La quantité d’endorphine hausse dans le sang durant les activités sportives ou joyeuses. Le rire renforce les relations sociales et la confiance en soi. Il réduit les sentiments d’hostilité et renforce l’amitié et l’influence sur les autres.

   Vue les effets importants et constructifs du rire et de la joie sur le corps, l’esprit et les relations sociales et puisque l’Islam approuve et encourage tout ce qui favorise le développement de l’homme, il s’ensuit que non seulement l’Islam et les enseignements des Saints (AS) sont en conformité avec la joie et le rire, mais qu’ils les considèrent comme une nécessité vitale pour la vie humaine.

3. Qui peut dire de l’Islam qu’il est la religion de la tristesse, de l’ennui, des pleurs, et de la mélancolie ? Tout au contraire, l’Islam est la religion de la gaieté. (Martyr Behechti)

4. N’oublions pas que tous les vendredis sont les jours de fête pour les musulmans. Tous les jours anniversaires des saints (AS), tous les moments et états spirituels que le musulman vit durant la prière, au moment de la rupture du jeûne et tous les jours où il ne commet pas de péché sont considérés comme jour de fête et ces jours sont emplis de joie, de rire et de gaieté. Quand nous disons que le Noble Prophète de l’Islam (SAWA) avait toujours un sourire sur ses lèvres bénies et quand nous lisons dans le coran que «Quiconque se comportera en piété et se réformera, sur eux nulle crainte, et point ne seront affligés» (Les limbes: 35), ce sont des documents fiables qui confirment cela.

5. Ne négligeons pas ce point clé et important que la joie doit être gérée compte tenu du temps et du lieu. Il est évident que rire au moment où nos coreligionnaires sont en détresse, démontre une certaine inintelligence et ignorance. Le rire ne doit pas engendrer un sentiment de mépris chez les autres ou viser le péché ou à la démoralisation.

6. La joie est permanente et plaît à Dieu si elle n’est pas le fruit de la vanité et une manifestation de l’amour pour ce Monde et les biens matériels. Si elle a une base inaltérable, elle demeurera toujours et se conjuguera avec la modération, sinon elle ne sera que passagère et dépassera les limites.
  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)