• Nombre de visites :
  • 1390
  • 28/7/2012
  • Date :

Fath ’Ali Shãh et l’art de la Perse ancienne

bas-relief du fils de fath ’ali shah à taq-e boustan

   Fath ’Ali Shãh admirait l’art de la Perse ancienne ainsi que le style dit néo-sãssãnide. On peint alors de nombreux exemples de bas-reliefs représentant Fath-Ali Shãh à la place de Khosrô.

Les plus célèbres de ces bas-reliefs se trouveraient à Tcheshm-e ’Ali, Tãq-e Boustãn, et à proximité de Darvãzeh-Qor’ãn à Shirãz.

   En s’inspirant de l’art sãssãnide, l’artiste Mirzã Mohammad Dãvari Vesãl Shirãzi (1822-1865) travaille pour illustrer les épopées du Shãhnãmeh (Le Livre des Rois) jusqu’en 1855. D’autres artistes ont pris comme modèle les travaux du miniaturiste Ridhã ’Abbãsi et de Moussavi.

Sous Fath ’Ali Shãh, la peinture fait le plus souvent appel à des traditions nationales, mais à la fin du XIXe siècle, le style européen commence à pénétrer la mode des palais.

   A cette époque, une immense fresque représentant le souverain et son entourage est réalisée à l’intérieur du palais royal, avec des portraits de princes et des batailles historiques. Des tableaux dorés et incrustés produisent un fort effet sur tout spectateur attentif et se caractérisent par la description jusqu’aux moindres détails des robes des souverains, toujours avec une préférence accordée à la splendeur extérieure.

L’interaction des styles traditionnels et européens se remarque dans les peintures de cette période, qui sont exécutées au moyen des techniques inspirées des styles flamand et florentin.

   A titre d’exemple, on pourrait citer un portrait de Mazdã peint par Mehdi Shirãzi (1819-1820). En bref, à l’époque de Fath ’Ali Shãh, l’art développe un style éclectique qui tente de combiner l’art de Persépolis et celui de Versailles.

Sources:

Bignon, Lawrence, Histoire de la peinture en Iran, traduit par Mohammad Irãnmanesh, Téhéran, Amir Kabir, 2008.

Etinghawsen, Richard et Grabar, Oleg, L’art iranien, traduit par Ya’ghoub Ajand, Revue Keyhãn Farhangi, n° 137.

Hugh, John, L’art de peinture sous les Qãjãrs, traduit par Parviz Varjãvand, Presse de l’Université de Téhéran, 1969.

Moussavizâdeh, Shãhab, Pour une académie en peinture, article publié dans la revue Nãfeh.

Site internet consacré à la culture chiite, notamment sous les Qãjãrs http://farhang.al-shia.ru/kajar.html

Moussavizãdeh, Shahãb, La réaction contre Kamãl-ol-Molk, entretien avec la revue iranienne des arts plastiques Tandis.

Articles Relatifs:

La peinture et la dynastie qãjãre

Les Qãjãrs

Les Safavides (1501-1722) 

La peinture

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)