• Nombre de visites :
  • 1972
  • 30/7/2012
  • Date :

Ramadhãn, le mois de la consolation

ramadhan

   Le Prophète a décrit le mois de Ramadhãn comme étant, entre autre, le mois de la consolation. Cette appellation est d’autant plus adéquate que le jeûne est une véritable institution d’aide aux nécessiteux. L’lmam Al-Bãqir a dit à ce propos: «Dieu a prescrit l’obligation de jeûner pour que le riche ressente l’affliction de la faim et s’attendrisse sur le pauvre". (1)

Son fils, l’Imam Al-Sãdiq, reprend cette explication et la développe: «Dieu a prescrit le jeûne pour que le riche et le pauvre vivent sur un pied d’égalité, car, le riche n’a pas l’occasion de connaître la famine pour penser au pauvre, étant donné qu’il peut manger tout ce qu’il veut et quand il veut. Aussi, Dieu a-t-Il voulu mettre sur un pied d’égalité Ses créatures en obligeant le riche à éprouver la faim et son affliction afin qu’il s’attendrisse sur le faible et compatisse à l’affamé»(2).

   Ainsi la sensation de faim, suffit-elle en soi, et à elle seule, à rappeler au nanti l’affliction de l’affamé, et à l’inciter à se montrer volontairement généreux envers le démuni. C’est un rappel on ne peut plus concret et sans discours éloquent. Il vaut mille prêches.

   Toutefois, l’Islam ne s’est pas contenté de prescrire le jeûne pour inciter les riches à nourrir les pauvres. Il a également promis des récompenses au moins égales sinon supérieures à celles du jeûne lui-même, pour chaque geste de générosité lié au jeûne.

Le Prophète a dit à cet égard: «Quiconque offre le repas de l’Iftãr à un jeûneur aura une récompense égale à celle du jeûne et à celle de la piété accomplie par la force de ce repas»(3).

   Quant à l’Imam Al-Bãqir, il dit à ce même propos: «Tout Croyant qui aura offert le repas de l’Iftãr à un autre Croyant, Dieu lui réservera une récompense équivalente à celle de l’affranchissement d’esclave"(4)

Et d’ajouter: "Et s’il lui offre ce repas pendant tout le mois de Ramadhãn, Dieu lui réservera la récompense de celui qui libère trente esclaves croyants, et de cette façon sa Prière sera exaucée par Dieu".

Notes:

1. "Al-Wassã’ël", Tome VII, p.7.

2. "Al-Wassã’ël", Tome VII, p.3

3. "Al-Wassã’ël", Tome IV, Kitãb Al-Çawm, p.101

4. Id. ibid.

Source: «Le Jeûne de Ramadhãn: sa signification et ses statuts», Compilation: Abbas Ahmad al-Bostani, La Cité du Savoir, Montréal, 1998.

Articles Relatifs:

Le jeûne: une épreuve de la solidité de la foi

Le jeûne: une prescription divine

Le sens apparent du jeûne

Le jeûne: une pratique religieuse universelle

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)