• Nombre de visites :
  • 2232
  • 30/7/2012
  • Date :

Iran après la mort de ’Abbãs Mirzã (1834-1848)

mohammad mirza

   Mohammad Mirzã, fils de ’Abbãs Mirzã et petit fils de Fath’Ali Shãh, est choisi comme dauphin à la suite du décès de son père. A la mort de Fath’Ali Shãh, il vient de Tabriz à Téhéran avec son armée (dirigée par un militaire anglais) et Mirzã Abolghãssem Farãhãni, son intendant pendant le temps où il était le gouverneur d’Azerbãijãn.

A Téhéran, Zel-ol-Soltãn, le dixième fils de Fath’Ali Shãh, se proclame roi avant l’arrivée de Mohammad Mirzã.

   Dans la province de Fãrs, deux autres descendants de Fath’Ali Shãh se proclament également rois. Mohammad Shãh réprime les princes rebelles avec l’aide de Mirzã Abolghãssem Farãhãni. Il est intronisé quatorze jours après son arrivée à Téhéran, en 1834. Mohammad Shãh donne le surnom de Ghãem-Maghãm à Mirzã Abolghãssem Farãhãni et le nomme chancelier.

Ghãem-Maghãm Farãhãni, personnage autoritaire, prend en main toutes les affaires de l’Etat et de l’armée et commence des réformes bénéfiques, mais un certain nombre des proches de Mohammad Shãh, qui trouvent que le chancelier les empêche d’avoir des fonctions de haut rang, changent l’opinion du roi; Mohammad Shãh ordonne l’assassinat de Ghãem-Maghãm Farãhãni en 1835.

   Un problème important au cours du règne de Mohammad Shãh est celui de la région de Harãt. Le gouverneur de cette région en avait proclamé l’indépendance pendant le règne de Fath’Ali Shãh, avec le soutien de l’Angleterre. Mohammad Shãh était parti en guerre contre le gouverneur de Harãt à l’époque où son père, ’Abbãs Mirzã, était le dauphin de Fath’Ali Shãh, mais il avait dû retourner à Tabriz à la mort de son père alors que son armée encerclait Harãt ; il avait donc fait la paix avec le gouverneur de Harãt qui avait accepté de payer chaque année un impôt à l’Iran en signe de soumission.

Peu de temps après l’intronisation de Mohammad Shãh, le gouverneur de Harãt refuse de payer l’impôt annuel et attaque la province de Sistãn.

   La Russie encourage Mohammad Shãh à conquérir Harãt alors que l’Angleterre tente de l’en empêcher. L’enjeu, pour la Russie comme pour l’Angleterre, est de contrôler l’Afghanistan qui donne accès à l’Inde (devenu une colonie britannique); chacune de ces puissances pousse donc le roi d’Iran à agir en fonction de ses propres intérêts. Mohammad Shâh part à la conquête de Harãt en 1837. L’Angleterre tente de soulever les chefs des tribus afghanes contre l’Iran mais son plan échoue; elle déclare alors que la conquête de Harãt par l’Iran est un acte belliqueux envers elle et envoie ses navires de guerre conquérir l’île de Khãrk, une île iranienne dans le golfe Persique. En même temps, des mouvements de révoltes populaires dans différentes régions de l’Iran sont exacerbés par les interventions secrètes de l’Angleterre, qui veut par tous les moyens empêcher le roi d’Iran de conquérir Harãt. Mohammad Shãh est obligé de retourner à Téhéran dans cette situation de crise.

La tentative infructueuse de la conquête de Harãt porte un grave préjudice au prestige de l’Iran et devient le point de départ de la séparation définitive des régions de Harãt et d’Afghanistan de l’Iran.

Sources:

Mohammad Moïn, Dictionnaire encyclopédique de persan, Vol. V et VI, Ed Amir Kabir, Téhéran, 1380 (2001).

L’Encyclopédie Roshd sur le site http://daneshnameh.roshd.ir.

Hassan Pirniã, Abbãs Eghbãl-Ashtiãni, Parviz Bãbâ’i, L’Histoire de l’Iran, Ed. Negãh, Téhéran, 1385 (2006), pp. 1012-1037.

Derniers Articles:

L’Empire parthe 

Les Safavides (1501-1722) 

Les Turcomans du «Mouton Noir» (1360-1468) et du «Mouton Blanc» (1378-1508)

Les Timourides

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)