• Nombre de visites :
  • 1726
  • 23/8/2012
  • Date :

Imam Sãdiq (AS) et Imam Abou Hanifa (1)

imam al-sãdiq

Traduit par Jean d’Agape

   L’Imam Abou Hanifa No’man ibn Thãbit est l’un des juristes qui a largement bénéficié des cours de l’Imam Sãdiq (AS). Ses discussions scientifiques avec l’Imam Sãdiq (AS) sont connues. Un jour on lui demande: «Qui est le plus grand juriste que tu connaisses?»

Il répondit: «Je n’ai jamais vu de plus grand juriste que Ja’far ibn Mohammad.

    Lorsque Mansour, calife abbasside, avait convoqué Ja’far ibn Mohammad, il m’a dit que les gens étaient vivement passionnés par Ja’far  ibn Mohammad. Pour le désapprouver, tu vas préparer des questions des plus difficiles. J’ai préparé quarante questions scientifiques difficiles à résoudre et je me suis rendu chez Mansour. J’ai trouvé là Ja’far  ibn Mohammad assis à son côté droit. En le voyant, j’étais impressionné par son air imposant et sa grandeur, alors que je n’avais pas le même sentiment en voyant Mansour.

   Je les ai salués, puis je me suis assis. Mansour a demandé à Ja’far ibn Mohammad s’il me connaissait. Il a répondu que oui. Puis il m’a dit: «Pose tes questions à Abi Abdullãh».

   Alors j’ai commencé à poser les questions et l’Imam Sãdiq (AS) répondit: «sur ce sujet, vous pensez ainsi, les Médinois pensent cela et nous pensons cela». Dans certains cas, il était d’accord avec nous, dans d’autres, il était d’accord avec les Médinois et parfois il émettait un avis tout à fait différent. Il a donc donné des réponses parfaites aux quarante questions. Puis l’Imam Abou Hanifa a dit: «Le plus sage des hommes est celui qui connaît mieux les différends entre les oulémas en ce qui concerne les fatwas et les questions d’ordre juridique.»

Ce récit historique montre d’abord la place scientifique élevée de l’Imam Sãdiq (AS) et en second lieu sa profonde influence chez les gens ainsi que la peur qu’il inspirait aux gouverneurs de son. L’Imam Sãdiq (AS) testait parfois le savoir de l’Imam Abou Hanifa en science et en jurisprudence, en lui posant des questions. Une fois par exemple, il lui posa une question sur une personne, qui, en état de sacr’Alisation casse la quatrième dent d’une gazelle. Celui-ci a répondu: «Je ne connais pas la réponse». L’Imam Sãdiq (AS) a alors expliqué que la gazelle n’avait pas de quatrième dent.

Articles Relatifs:

Les disciples de l’Imam Sãdiq (AS)

La stratégie de l’Imam Sãdiq (psl) face aux califes

Le principe de dissimulation (taqiyya) de l’Imam Sãdiq (psl) (1)

Le principe de dissimulation (taqiyya) de l’Imam Sãdiq (psl) (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)