• Nombre de visites :
  • 327
  • 26/9/2012
  • Date :

La polygamie selon Christenson

polygamie

  Christenson écrit dans son livre: "L’Iran à l’Epoque Sãssãnide": «La polygamie était considérée comme la base de la famille. Le nombre de femmes qu’un homme pouvait avoir dépendait pratiquement de ses moyens. Les gens pauvres n’étaient pas à même d’avoir plus d’une femme en règle générale. Le chef de la famille avait, en tant que tel, des droits spéciaux. L’une des épouses était considérée comme la favorite, et jouissait de pleins droits. D’autres femmes étaient traitées en simples servantes. Les droits légaux de ces deux catégories d’épouses étaient largement différents. Les filles esclaves étaient inclues parmi les femmes servantes. On ne sait pas combien de favorites un seul homme pouvait avoir. Mais d’après les comptes rendus des tribunaux, il y avait des hommes qui avaient plus d’une favorite. Chacune de ces favorites portait le titre de "la maîtresse de la maison", et possédait une maison indépendante. Le mari avait l’obligation, pendant toute sa vie, de pourvoir aux dépenses de sa favorite et de prendre soin d’elle. Chaque fils [de la favorite] jusqu’à l’âge de la puberté, et chaque fille jusqu’à l’âge du mariage, jouissaient de ces mêmes droits. Quant aux épouses de la catégorie des servantes, seuls leurs fils (et non leurs filles) avaient le droit de vivre à la charge de leur père.»

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.252-253.

Articles Relatifs:

La polygamie selon Gustave Le Bon

La pluralité des épouses

Les défauts de la polyandrie

La polyandrie

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)