• Nombre de visites :
  • 1077
  • 30/9/2012
  • Date :

La littérature populaire dès 1950

gravure d’un ouvrage non daté de la période qajare

   En Iran, dès 1950, la tradition orale est soumise à un changement considérable suivant les développements politiques et socio-économiques qui donnent lieu à une nouvelle orientation décisive dans le domaine de la littérature populaire. Cette évolution atteint son zénith avec la Révolution islamique de 1979 qui a marqué une rupture avec la tradition du XIXe siècle. Cette déclaration ne doit bien entendue pas être généralisée, car elle ne s’applique pas pour chaque élément de la littérature populaire.

Quoi qu’il en soit, il peut être supposé que la lecture populaire du XXe correspondait plus ou moins aux éléments et sources disponibles durant le siècle précédent.

   Sur un autre plan, il faut aussi garder à l’esprit que le terme «littérature» avait acquis une toute nouvelle signification au cours de la période qãjãre. Selon la perception traditionnelle, la littérature désigne principalement des œuvres des poètes classiques étant uniquement disponibles en manuscrit.

L’introduction de l’imprimerie en Iran au début du XIXe siècle a rendu possible de nouveaux modes de production, transmission et distribution de texte.

   Cette accessibilité publique à la matière écrite avait le potentiel de populariser littéralement toutes sortes de littérature, qui étaient auparavant, pour la plupart, disponibles uniquement par le biais de la récitation ou la performance orale à partir d’un manuscrit. Bien que les circonstances exactes de ce processus restent à être étudiées en détail, il est évident que l’introduction de l’imprimerie aurait également influencé l’apparition et la définition d’un concept de la littérature populaire. La grande disponibilité des œuvres imprimées durant la période qãjãre nous mène à reconsidérer la définition de la littérature populaire comme un genre littéraire particulier produit en grande quantité. Il faut indiquer que cette notion de littérature populaire n’exclut guère la littérature savante ou les ouvrages historiques: la littérature savante pourrait être également produite en grand nombre et aussi bien devenir populaire parmi des groupes bénéficiaires, comme toute autre chose. Cette observation est cependant limitée à la littérature populaire dans le sens traditionnel de folklore, ce qui implique une qualité narrative.

Ce genre de littérature narrative emploie souvent une approche pseudo-historique intégrant des éléments de fiction, fantaisie et magie.

Bibliographie

Edwards, Edward, A catalogue of Persian printed books in the British Museum, London, British Museum, 1922.

Elwell-Sutton, Lawrence E., A narrator of tales from Tehran, Arv 36: 201-208, 1980.

Fehrest-e ketãb-hã-ye tchãpi-ye fãrsi az ãghãz tã ãkhar-e sal-e 1345 (Liste des ouvrages imprimés en persan de l’origine jusqu’en 1966), ed. E. Yãrshãter, 3 Vol, Téhéran, Bongãh-e nashr va tarjomeh-ye ketãb, 1352 (1973).

Fontana, Maria Vittoria, "Iconografia del Ahl al-bayt. Immagini di arte persiana dal XII al XX secolo", Supplemento No. 78 to Annali 54.1, 1994.

Rotzfeld, G.; Grotzfeld, Heinz & Sophia, Die Erzahlungen aus lausendundeiner Nacht, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1984.

Hanaway, William L., Popular literature in Iran. In Iran : Continuity and variety, ed. E J. Chelkowski, 59-75. New York, Center for Near Eastern Studies, 1971.

Homãyouni, Sãdiq, Hosayniyeh-ye Mosir, Téhéran, Soroush, 2535, 1977 (2e ed. 1371/1992).

Homãyouni, Sãdiq, Ta’ziyeh dar Irãn, Shirãz, Navid, 1368 (1989).

Irwin, Robert, The Arabian Nights: A companion, London, Allen Lane, Penguin, 1994.

Leder, Stefan (ed.), Story-telling in the framework of non-fictional Arabic literature, Wiesbaden, Harrassowitz, 1998.

Mahjoub, Mohammad Ja’far, "Dãstãn-hã-ye ’ammiyãneh-ye fãrsi" (Histoires populaires persanes), Sokhan 10.1 (1338): 64-68, ainsi que les 22 numéros suivants de cette revue jusqu’à Sokhan 12 (1340): 1013-1025), 1959.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)