• Nombre de visites :
  • 1456
  • 13/10/2012
  • Date :

Nouvelle publication de la pyramide mondiale des richesses

la pyramide mondiale des richesses

   Le rapport sur la richesse mondiale du Credit Suisse, lorsqu’il examine, au travers du prisme que constitue la «pyramide des richesses», le schéma de propriété de la richesse au sein de la population mondiale adulte, n’analyse pas seulement les échelons supérieurs des détenteurs de richesse, mais aussi les sections «moyenne» et «inférieure» de la pyramide, ce que les autres études ont tendance à ne pas faire.

   De nombreux facteurs contribuent aux inégalités de richesse personnelle constatée entre les individus. A une extrémité, on trouve les personnes en début de carrière, qui n’ont pas eu beaucoup d’occasions ni d’incitations à accumuler des avoirs, les personnes ayant essuyé des revers professionnels ou personnels, ainsi que les personnes qui, tout simplement, vivent dans des parties du monde où les occasions de créer de la richesse sont très limitées. A l’autre extrémité, on trouve les personnes qui ont acquis une fortune importante grâce à leur talent et à un travail acharné, ou tout simplement parce qu’elles étaient au bon endroit au bon moment.

La pyramide des richesses

   La pyramide des richesses illustrée par le graphique détaille de façon saisissante ces différences de richesse. Elle comporte une base large constituée des personnes détenant peu de richesses, tandis que ses échelons supérieurs comportent progressivement de moins en moins de personnes.

Les données de la pyramide proviennent de nos estimations pour le milieu de l’année 2012 et nous fournissent ainsi une image instantanée de la répartition de la richesse entre les membres de la population adulte.

   Alors que les caractéristiques générales se modifient plutôt lentement au cours du temps, les différentes strates sont très fluides et leurs différents occupants sont extrêmement mobiles, restant rarement au même endroit toute leur vie. Ainsi, tandis que la strate supérieure de la pyramide reste le principal vecteur des flux d’actifs privés et des tendances d’investissement, les détenteurs de richesse émergeant dans les segments moyen et inférieur sont considérés, à juste titre, comme des sources de fort dynamisme, à l’origine de nouvelles tendances de consommation et de mutations industrielles.

Source: Credit Suisse Research Institute

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)