• Nombre de visites :
  • 2625
  • 14/10/2012
  • Date :

Un arbre mystérieux de la littérature persane

shafiee kadkani

   Le temps n’est apparemment plus favorable à l’apparition des grands poètes persans, et il faut souvent regarder en arrière, en direction d’un passé lointain, pour trouver l’exemple d’un poète ayant marqué l’histoire de notre poésie. Il est difficile d’en croire ses oreilles lorsque l’on entend le nom d’une éminente personnalité littéraire d’aujourd’hui, et qui rivalisa un jour avec des grands noms comme Akhavãn, Sohrãb ou Shãmlou. Cependant, à en croire nos oreilles, il existe et vit toujours, continuant inlassablement d’arroser l’arbre ancien de la littérature persane.

Mohammad-Ridhã Shafiee Kadkani est aussi cet arbre mystérieux qui trouve de solides racines dans les temps glorieux de la poésie persane classique, et ses branches vertes respirent dans l’air frais des temps modernes.

   Il est né en 1940 à Kadkan, un village aux environs de Nishãpour, berceau des remarquables poètes tels que Khayãm ou Attãr. La ville et surtout les chemins bordant les jardins font à ce titre l’objet d’un grand nombre de textes du poète, nostalgique du passé lumineux de la Perse qui n’avait pas encore connu l’assaut et l’atrocité des Tatars. Des chemins bordant les jardins de Nishãpour constituent un recueil considérable dans ce domaine.

De ce point de vue, Kadkani se révèle un poète rebelle, qui se veut gardien d’une civilisation ancienne, celle de la Perse antique.

   Pourtant, ce qui caractérise l’œuvre du poète, c’est son grand enthousiasme à toujours partir et à toujours être en devenir. Dans cette même optique, il intitula “D’être et de chanter”‌ l’un de ses recueils. Cet aspect des écrits de Kadkani s’exprime notamment au travers des figures métaphoriques de la brise, du vent et de la pluie; cette dernière est appelée à tomber incessamment en vue de laver le visage toujours sale de la terre.

Il faut également noter que le poète a donné naissance à des œuvres importantes dans le domaine de la théorie poétique et littéraire.

   “La musique de la poésie”‌ constitue un ouvrage de référence pour les universitaires. Kadkani est professeur émérite de littérature persane et arabe à l’université de Téhéran. Ses cours accueillent chaque jour des dizaines d’intéressés, lesquels ne cessent de parler de la vaste culture littéraire ainsi que de la générosité du maître à transmettre son savoir aux générations suivantes, lesquelles sont supposées assumer la surveillance de ce riche patrimoine qu’est la poésie persane.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)