• Nombre de visites :
  • 1630
  • 27/10/2012
  • Date :

Stratégies de dissidence? 

atlantisme

   Il existe en Europe occidentale et aux États-Unis d’Amérique un mouvement grandissant d’opposition au système politico-social dominant. Dans la mesure où ledit système n’a pu absorber et institutionnaliser ce type d’opposition, puisque la divergence est frontale et de nature profondément philosophique, on peut qualifier ce phénomène de «dissidence».

Si cette dissidence était autrefois l’apanage d’une élite intellectuelle plus ou moins marginalisée par des avis qui pouvaient apparaître radicales dans un contexte de relative prospérité économique, la crise eut cet unique avantage de présenter à l’opinion publique – c’est-à-dire le peuple – le vrai visage du système économique au pouvoir.

   Aussi la dissidence se retrouve-t-elle soudainement au centre de la réflexion sur le lien social,  du fait même qu’elle est restée irréprochable quant à son refus de se rendre complice de ce système d’oppression en refusant à n’importe quel prix – l’isolement, la marginalisation, l’emprisonnement, etc. – de le cautionner théoriquement et pratiquement. Nous proposons ici à nos lecteurs un essai sur l’une des stratégies de dissidence qu’il est possible ou souhaitable d’adopter dans les circonstances présentes.  

Eurasisme versus Atlantisme

   Dans son ouvrage «La quatrième théorie politique» (Ars Magna Éditions, 2012), Alexandre Douguine définit les bases de ce que l’on pourrait appeler une «géopolitique archétypale».

Cette géopolitique décrit un antagonisme entre deux grands modes d’organisation politique.

   D’une part, l’Eurasisme, fondé sur un enracinement tellurique dans la Terre continentale eurasiatique, du Finistère au Kamtchatka; d’autre part, l’Empire atlantiste et maritime, d’origine anglo-saxonne mais partagé par tout groupe sociologique ayant à voir avec le déracinement, le nomadisme, le «bougisme», la transgression des frontières et des limites, en un mot l’hybris caractéristique du postmodernisme libéral et occidental.

   D’un point de vue archétypal, Douguine dépeint donc une tendance eurasiste à la stabilité minérale, au conservatisme, au sens de la mesure et de la Tradition, entendue comme principe de « hiérarchie hétérophile », alliance de la Loi et de l’Amour, définissant un ordre par l’ordre, qui s’oppose à un atlantisme progressiste de la démesure, une anti-Tradition aux valeurs inversées, comme on parle de l’anti-Christ, adepte d’une «anarchie homophile», combinaison d’anomie et de narcissisme, définissant son ordre dans le chaos. Soit, dans les termes d’un Zygmunt Bauman, un modèle de «société solide» opposé à un modèle de «société liquide».

   Cet anti-modèle de société liquide atlantiste (et sioniste) identifié à l’Occident postmoderne est profondément contre-nature et toxique pour la majorité. Il ne bénéficie qu’à une oligarchie morbide qui essaye d’entraîner le monde entier dans son suicide au moyen d’une ingénierie sociale négative, un « reality-building » visant à déconstruire toute forme de civilisation traditionnelle solide pour lui substituer une nouvelle réalité plastique et mondialisée, un Nouvel ordre mondial, dont elle contrôlera tous les paramètres après les avoir elle-même définis et qu’elle pourra dès lors façonner à sa guise. En raison de son caractère pathologique et dysfonctionnel, cette société liquide qui tente de se globaliser doit être combattue et annihilée totalement. Rien ne doit en rester, et rien n’en restera.

Il est désormais acquis que l’Empire atlantiste cherche à gouverner par le chaos. Son élément naturel est l’hystérie, la crise, la destruction, la guerre, en un mot l’entropie, comme le souligne aussi la revue De Defensa, mettant l’accent sur le fait qu’un nombre croissant d’observateurs et d’acteurs géopolitiques importants, à commencer par Vladimir Poutine lui-même, accusent désormais les gouvernements occidentaux de propager intentionnellement le désordre et le chaos, notamment en Syrie.

    À ce stade, la question qui s’impose est: comment agir contre l’Empire sans obéir aux règles définies par l’Empire lui-même? Donc comment agir de manière proprement eurasiste? C’est-à-dire de manière réellement constructive et néguentropique?

(A suivre)

Source: Egalite et Reconciliation

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)