• Nombre de visites :
  • 1672
  • 28/10/2012
  • Date :

Le travail sur les consciences et les intellects: la notion de «révolution lente»

guerre culturelle

   Si l’attaque frontale du Système est évidemment vouée à l’échec, que nous reste-t-il comme mode d’action? Ce qui reste, c’est la « guerre culturelle», c’est-à-dire l’influence sociologique diffuse, virale ou capillaire, la guerre psychologique de longue haleine par la réinformation de nos concitoyens, ainsi que la reconquête des réseaux et des structures institutionnelles déjà existantes, sans oublier l’organisation concrète en B.A.D., de sorte à reconstituer de la souveraineté alimentaire, énergétique, économique et… cognitive, tous ces efforts combinés permettant d’aboutir à des « révolutions lentes», apparemment invisibles mais pourtant bien réelles. Ajoutons à cela l’éducation populaire, le travail social, la démocratie locale dans les conseils de quartier, le jardinage collectif, bref tout ce qui permet de rayonner et de reconstituer le lien social pacificateur que le Pouvoir passe son temps à détricoter pour nous dresser les uns contre les autres. Redevenir des sujets parlants, des sujets structurés, c’est-à-dire de la logique indexée sur des faits, autrement dit du langage (du «logos») indexé sur du réel, de sorte à court-circuiter les «captures imaginaires» en termes lacaniens, c’est-à-dire les rivalités identitaires, narcissiques et émotionnelles, et les séparatismes qui en découlent.

(A suivre)

Source: Egalite et Reconciliation

Articles Relatifs:

La fabrique proactive d’une opposition contrôlée et d’un ennemi utile

La digestion interne du mécontentement vis-à-vis du système dominant

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)