• Nombre de visites :
  • 494
  • 5/11/2012
  • Date :

La polygamie en Occident (2)

la polygamie

   «San Bernardino a trouvé cette perversion si courante à Naples qu’elle pouvait menacer cette ville du même sort que Sodome. Artino a constaté que l’homosexualité était aussi répandue à Rome. Il en va de même pour la prostitution. En 1490, parmi une population de 90000 âmes, il y avait 6800 prostituées officielles, sans compter les clandestines. Selon les statistiques de 1509, parmi une population de 300000 que comptait cette ville, il y avait 11654 prostituées. Au XVe siècle, une fille qui atteignait l’âge de 15 ans sans s’être mariée était considérée comme une honte pour la réputation de sa famille. Au XVIe siècle, cet "âge de disgrâce" fut porté à 17 ans, afin de permettre à la fille d’avoir une meilleure éducation. Les hommes qui avaient toutes les facilités pour jouir sexuellement, grâce à une large disponibilité de prostituées, n’étaient attirés par le mariage que si la femme proposée promettait d’apporter une dot très conséquente. Selon le système du Moyen Age, le mari et la femme se devaient en principe de s’aimer mutuellement et de partager bonheur et malheur. C’était souvent le cas. Cependant l’adultère était rampant. La plupart des mariages dans les classes supérieures étaient des unions diplomatiques contractées pour des raisons politiques et économiques, ce qui amenait les hommes à croire qu’ils avaient le droit d’avoir des maîtresses. Auquel cas, leurs épouses étaient obligées de garder et de dissimuler leur colère et leur frustration.

«Dans les classes moyennes, certains hommes considéraient l’adultère comme une jouissance légitime. Machiavel et ses amis ne se gênaient pas pour se raconter leurs aventures extra-conjugales, et lorsque leurs femmes décidaient de se venger en se livrant elles aussi à des aventures extra-conjugales, leurs maris ne se sentaient pas offensés, gênés, ni jaloux.»

   C’était là un échantillon de ce qui se passait dans des pays qui considèrent la polygamie comme un crime impardonnable de l’Orient, et qui, à l’occasion, rendent le climat responsable de cette coutume présumée "inhumaine". Quant à leur climat, il ne leur permettait évidemment jamais de tromper leurs femmes, ni de violer le système de la monogamie !

A propos, il est à rappeler que l’absence de la polygamie légale parmi les Européens -peu importe qu’elle soit une bonne ou une mauvaise chose- n’est nullement due à la religion chrétienne. Car aucun texte dans cette religion n’interdit la polygamie. Bien au contraire, étant donné que Jésus Christ a confirmé les enseignements de l’Ancien Testament, lequel reconnaît la polygamie, on pourrait dire que le Christianisme autorise la polygamie, et les anciens Chrétiens l’ont pratiquée effectivement. Donc le refus de l’Occident de la polygamie légale devrait avoir d’autres causes.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.266-267.

Articles Relatifs:

La polygamie en Occident (1)

Les facteurs géographiques et la polygamie

Les causes historiques de la polygamie (II)

L’échec du collectivisme sexuel (3)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)