• Nombre de visites :
  • 1926
  • 14/11/2012
  • Date :

La situation des Uléma de Hadith à l’époque des Imams (Al-Hassan, Al-Hussayn et Al-Sajjãd-p)

imam hussayn

   Le Hadith traversa une période noire à l’époque des Imams Al-Hassan, Al-Hussayn, et Al-Sajjãd (p), et on considère cette époque comme étant l’époque de l’absence du Hadith dans la société musulmane et de l’éloignement de cette société du Hadith. Cette situation culmina pendant la période allant du martyre de l’Imam ’Ali (p) en l’an 40 H. à l’après-martyre de l’Imam Al-Hussayn (p) à Karbalã en l’an 61 où le Califat se transforma en une monarchie omayyade qui interdit strictement la diffusion des Hadith du Prophète (P) et notamment ceux qui mettaient en évidence les mérites et la préséance de l’Imam ’Ali (p) sur  tous les autres Compagnons.

Mu’ãwiyah Ibn Abî Sufiyãn, le fondateur de la dynastie omayyade, non content de cette interdiction aberrante, poussa sa haine encore plus loin, en envoyant Al-Dhahhãk Ibn Qais Al-Fihrî en Irak avec l’ordre de marcher par vengeance avec ses soldats sur tout village partisan de l’Imam ’Ali (p). Dans ces razzias beaucoup de Chiites, dont de nombreux porteurs et transmetteurs de Hadith furent assassinés [1].

   Ainsi, pendant cette période, une fumée noire couvrait le Hadith et les muhaddithine (les traditionnistes, les Ulémas de Hadith), et personne n’osait rapporter tout ce qu’il avait entendu de la bouche du Prophète (p), ni publier un livre mentionnant les mérites de l’Imam ’Ali (p) soulignés par le Messager d’Allãh (P). Les couloirs du Hadith furent ainsi vides de professeurs et d’élèves.

   Mais au cours de cette période un phénomène plus grave que l’interdiction de la transcription du Hadith et plus dangereux pour le présent et l’avenir de celui-ci vit le jour. Il s’agit de “l’invention de faux Hadiths”‌ vantant les mérites des Omayyades et attribués à de grands Compagnons et même au Prophète lui-même (P). Le marché de Hadith inventés s’épanouit  grâce à la générosité des Gouvernants et la complicité de tous ceux qui avaient intérêt à comploter contre le présent et l’avenir de l’Islam. Ainsi les Gouvernants s’ingénièrent à décerner des prix faramineux ou à offrir des postes dans les hautes fonctions aux inventeurs de Hadith. Il s’ensuivit que les flagorneurs rivalisaient dans l’invention de Hadith, pour s’emparer de ces prix et de ces postes, préférant l’obtention de la satisfaction du créé à celle de l’agrément du Créateur. Le résultat fut des plus catastrophiques. Les vrais Hadith furent noyés perdus sous un amas énorme de faux Hadith, ce qui obligera les Ulémas de Hadith à passer toute leur vie et leur temps précieux à examiner minutieusement des dizaines de milliers de Hadith pour en trier ceux qui sont sains ou authentiques, ou séparer le bon grain de l’ivraie. L’exemple en est Al-Bukhãrî qui écrit dans son célèbre Sahîh qu’il a réuni dans ce livre seulement 7275 hadiths qu’il considéra comme authentiques parmi les 600 000 Hadith qu’il avait examinés. Quant à Mãlik, il choisit parmi les 100 00 hadiths qu’il étudia, seulement 800 qu’il considéra comme étant dignes de crédit.

Dans de telles conditions, il était naturel que les références de Hadith relatives à cette époque, et surtout aux Ahl-ul-Bayt et leur école se fassent rares.

   Notons enfin que pendant cette période, les auteurs de Référence et de Hadith qui se sont distingués étaient: l’Imam Zayn Al-’Abidine dans son “Al-Sahîfah Al-Sajjãdiyyah”‌, “Risãlat Al-Huqûq”‌, et sa “Sahîfah”‌ sur le Zuhd (ascétisme) etc. et parmi les compagnons des Imams (p): Lût Ibn Yahyã Ibn Sa’îd Al-Uzdî, connu sous le nom d’Abî Makhnaf dans certains de ses livres, Zayd Ibn ’Alî Ibn Al-Hussayn (le fils de l’Imam Zayn Al-’Abidine), ’Amir Ibn Kathîr Al-Sarrãj, Sa’îd Ibn Jubayr (lequel écrit un livre sur le tafsîr -interprétation- et d’autres thèmes), ainsi que Abû Hamzah Al-Thamãlî dans “Al-Nawãdir”‌, “Al-Zuhd”‌ et “Al-Tafsîr”‌.

Note:

[1] “Al-Ghãrãt”‌ (Les Razzias), d’Ibrãhîm Ibn Mohammad Al-Thaqafî

Bibliographie

1-“ Muqaddamat Mawsû’at Tabaqãt Al-Fuqahã’ ”‌ (L’Introduction de l’Encyclopédie des Classes des Juristes) (2e partie), pp. 121-123 et 137-140.

2-“Tãtîkhé ’Umûmyé Chî’ah”‌ (persan), de Majîd Ma’ãrif.

3- “Sayré Hadith dar Islam”‌ (persan), d’Ahmad Mîrkhãnî.

Source: "Les sources de la Noble Sunna", Edité et traduit de l’arabe par Abbas Ahmad Al-Bostani, éd. La Cité du Savoir, Canada.

Articles Relatifs:

Les principaux Uléma contemporain qui travaillent sur le Hadith

La méthodologie de Sayyed Burûjerdî dans “Jãmi‘ Ahãdîth Al-Chî‘ah”‌‌‌

Le nombre des Hadith de “Man Lã Yah-dhuruhu-l-Faqîh”‌‌‌‌

Les Quatre-cents Origines

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)