• Nombre de visites :
  • 643
  • 14/11/2012
  • Date :

Les facteurs de la polygamie

mariage

   Nous avons énuméré ci-dessus tous les facteurs qu’on puisse présumer être à l’origine de la polygamie. Comme vous avez dû le constater, certains de ces facteurs, comme le climat, ne jouent en fait aucun rôle dans l’émergence de la polygamie. C’est pourquoi nous les négligeons. Il reste donc trois autres facteurs qui méritent d’être discutés.

1 - Le premier facteur est le facteur économique. On peut le considérer comme une cause illégitime et illégale, et il ne peut s’expliquer que comme une injustice, une agression et une oppression. Car il est évident que la vente d’un fils est l’un des actes les plus sauvages que l’homme ait connus, et le désir de recourir à la polygamie dans ce but et avec cette intention est en soi une intention sauvage et injuste comme l’acte lui-même.

2 - La deuxième catégorie de facteurs qui méritent d’être discutés et considérés comme un droit et une justification pour l’homme et la société de l’acceptation de la polygamie, comprend notamment l’exemple de la stérilité de la femme ou de sa ménopause, ou celui du besoin de l’homme d’un fils, et de la tribu ou de la nation d’augmenter le nombre de ses membres. En règle générale, tous les facteurs qui placent l’homme et la femme dans une position d’inégalité sur le plan sexuel, ou sur le plan de la procréation, deviennent une justification de la polygamie.

3 - Il y a une troisième catégorie de facteurs qui, si l’on suppose leur existence dans le passé ou à présent, constituent non seulement une justification pour l’homme ou la société, de l’institution de la polygamie, mais aussi un droit pour la femme et un devoir pour l’homme et la société, de l’adopter: il s’agit du cas où le nombre des femmes dépasse celui des hommes. Ainsi, si l’on suppose qu’il arrive que le nombre de femmes proposées au mariage dépasse celui des hommes prêts à se marier, de telle sorte que le système de la monogamie conduise à priver un certain nombre de femmes de la possibilité de se marier et de former un foyer conjugal comme tout le monde, l’institution du système de la polygamie deviendrait un droit pour ces femmes privées de mari, et un devoir pour les hommes. En d’autres termes, les hommes auraient le devoir de la mettre en pratique, et les épouses devraient l’accepter.

   Le droit au mariage est un droit fondamental, et personne ne doit en être privé sous aucun prétexte. La société ne doit rien entreprendre qui puisse priver une partie de la population de ce droit.

Le droit au mariage est un droit naturel, au même titre que la liberté, le droit au travail, le droit à la nourriture, à un logement et à l’éducation. C’est pourquoi les droits naturels de l’homme répugnent à la loi de la monogamie lorsque le nombre des femmes en âge de se marier dépasse celui des hommes disponibles. C’était, du moins, le cas dans le passé.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, P.271.

Articles Relatifs:

La supériorité numérique des femmes

Le facteur de nombre et de tribu

Les facteurs économiques

La polygamie en Occident (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)