• Nombre de visites :
  • 472
  • 15/11/2012
  • Date :

Le droit de la femme à la polygamie (1)

mariage

   Nous avons expliqué les causes de l’échec de la polyandrie et du succès de la polygamie, et montré les multiples facteurs qui ont concouru à l’apparition de celle-ci. Certains de ces facteurs proviennent de l’esprit de domination et d’oppression chez l’homme, d’autres émanent de la disparité entre l’homme et la femme sur le plan de la durée de leur faculté de procréation et du nombre d’enfants que chacun d’eux pourrait avoir. La dernière catégorie de facteurs peut être considérée comme une justification de la polygamie.

Mais la cause principale de celle-ci à travers l’histoire a été la supériorité numérique des femmes candidates au mariage sur les hommes. Cette cause conduit à la création d’un droit pour la femme et d’une obligation pour l’homme.

   Afin d’éviter d’entrer dans de longues discussions, nous passons l’éponge sur les facteurs justifiant la polygamie, pour nous concentrer sur la principale cause qui, lorsqu’elle existe, fait de la polygamie un droit pour la femme. Pour que ce droit soit établi, il faut que deux choses se réalisent:

1 - Il faut qu’il soit établi, statistiques à l’appui, que le nombre des femmes candidates au mariage dépasse nettement celui des hommes disponibles.

2 - L’existence réelle de circonstances qui créent un droit, pour les femmes privées de mariage, sur les hommes et femmes mariés.

   Concernant le premier point, fort heureusement, il y a des statistiques authentiques dans le monde moderne. Un recensement a lieu périodiquement dans chaque pays. Dans les pays avancés, les statistiques recensent non seulement le nombre des hommes et le nombre de femmes, mais aussi leur nombre respectif dans chaque tranche d’âge. Ces statistiques sont régulièrement publiées par les Nations Unies dans leurs rapports annuels sur la population du monde. Nous avons devant nous le rapport de 1964, publié en 1965.

Il est à souligner qu’il ne suffit pas de connaître le nombre de personnes de sexe masculin ou de sexe féminin dans un pays donné; ce qu’il importe de savoir c’est le nombre de femmes et d’hommes "mariables". Car le nombre des femmes et des hommes "mariables" diffère souvent de leur nombre total respectif, et ceci pour deux raisons:

1 - L’âge de la puberté arrive plus tôt chez les filles que chez les garçons, et c’est la raison pour laquelle l’âge légal du mariage pour les filles est plus bas que pour les garçons, dans tous les codes civils du monde. Et, sur le plan pratique, nous constatons que l’âge du mariage chez les hommes dépasse en moyenne de cinq ans celui de leurs femmes dans la plupart des régions du monde.

2 - La deuxième raison -et elle est plus importante que la première- est que, bien que le taux de naissance des filles ne soit pas supérieur à celui des garçons dans certaines régions du monde -et parfois même, c’est le contraire qui se produit- le taux de mortalité chez les garçons est supérieur à celui des filles, ce qui crée un déséquilibre entre le nombre des filles et des garçons en âge de se marier. Ainsi il arrive parfois que le nombre des filles en âge de se marier soit largement plus grand que celui des garçons "mariables". C’est pourquoi il est possible que le nombre total des personnes de sexe masculin soit égal à celui des personnes de sexe féminin dans un pays donné, alors que le nombre des filles en âge de mariage soit supérieur à celui des garçons "mariables".

   Le Rapport de la Population des Nations Unies pour l’année 1964 atteste ces faits. Par exemple, selon ce rapport, la population totale de la République de Corée est de 26277635 âmes. Sur ce total, 13145289 personnes sont de sexe masculin, et 13132346 de sexe féminin. Donc le nombre de la population masculine dépasse de 12943 personnes celui de la population féminine. Cette proportion se maintient dans les tranches des enfants âgés de moins d’un an, de 1 à 4 ans, de 5 à 9 ans, de 12 à 14 ans et de 15 à 19 ans.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.272-274.

Articles Relatifs:

Les facteurs de la polygamie

La supériorité numérique des femmes

Le facteur de nombre et de tribu

Les facteurs économiques

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)