• Nombre de visites :
  • 5657
  • 17/11/2012
  • Date :

Le droit de la femme à la polygamie (2)

mariage

   Les statistiques montrent que, dans toutes ces tranches d’âge, le nombre des garçons est supérieur à celui des filles. Mais dans le groupe de personnes âgées de 20 à 24 ans la proportion change. Dans cette tranche d’âge, le nombre total des personnes de sexe masculin est de 1083364 et le nombre total des personnes de sexe féminin est de 1110051. Dans toutes les tranches d’âge supérieur, dont les représentants sont des gens en âge de se marier, le nombre de personnes de sexe féminin est plus grand.

   Pourtant, il est à noter que la composition de la population dans la République de Corée est exceptionnelle dans la mesure où, dans le nombre total de la population, les personnes de sexe masculin sont plus nombreuses que les personnes de sexe féminin, alors que dans l’écrasante majorité des pays du monde le nombre de personnes de sexe féminin dépasse celui des personnes de sexe masculin dans le nombre total de la population et non seulement dans la catégorie des personnes "mariables". Ainsi, en Union Soviétique par exemple, la population totale compte 216101000 âmes dont 97840000 de sexe masculin et 118261000 de sexe féminin, et cette différence dans le nombre des deux sexes reste constante dans les tranches d’âge d’avant le mariage ainsi que dans celles de mariage, soit dans les tranches de 20-24, 25-29, 30-34... 80-84.

Il en va de même pour d’autres pays, comme l’Angleterre, la France, l’Allemagne de l’Ouest, l’Allemagne de l’Est, la Tchécoslovaquie, la Pologne, la Roumanie, les Etats-Unis, le Japon, etc. et ce, sans parler de certaines régions, à Berlin Est et Berlin Ouest par exemple, où la disparité entre le nombre de personnes de sexe féminin et de sexe masculin est anormalement grande.

   En Inde, dans le groupe d’âge de personnes "mariables", le nombre des hommes excède celui des femmes. C’est seulement dans la tranche d’âge de 50 ans et plus que le nombre des femmes est supérieur. Apparemment ce manque de femmes supposé est dû au fait que beaucoup de gens dans ce pays n’aimeraient pas mentionner les noms de leurs jeunes femmes et jeunes filles aux agents de recensement.

Selon les tableaux du dernier recensement, l’Iran est l’un des rares pays où le nombre de personnes de sexe masculin dépasse celui des représentants de l’autre sexe.

   Il est surprenant d’entendre certains critiques insister pour que la loi autorisant la polygamie soit abolie au moins dans les pays où le nombre des hommes excède celui des femmes. Car tout d’abord, cette loi est universelle. Elle n’a pas été promulguée pour un pays en particulier. Puis, il ne suffit pas de connaître la proportion des femmes et des hommes dans la population totale d’un pays, pour décider que la polygamie ne s’y justifie pas. Nous avons vu que dans la République de Corée, bien que le nombre des hommes soit plus grand que celui des femmes dans la population totale, il y a plus de femmes que d’hommes dans la tranche d’âge des personnes en âge de se marier. De plus, les tableaux du recensement ne sont pas crédibles dans beaucoup de pays. Par exemple, nous savons avec certitude que bien que la polygamie ait été courante en Iran aussi bien dans les zones urbaines que rurales, il n’y a jamais eu de prétendue pénurie de femmes prêtes au mariage. Les faits sont plus éloquents que les tableaux de recensement.

Dans son livre "La Femme, le sexe supérieur", Ashley Montague admet qu’à travers le monde le nombre de femmes "mariables" excède celui des hommes en âge de se marier.

   Les statistiques de 1950 montrent que le nombre des femmes en âge de se marier en Amérique dépasse d’environ un million quatre cent trente mille, celui des hommes des mêmes tranches d’âge. Bertrand Russel écrit dans son livre "Le Mariage et la Morale" que dans l’Angleterre d’aujourd’hui le nombre des femmes excède de deux millions celui des hommes. Selon la coutume, elles doivent rester pour toujours sans enfants, ce qui est une grande privation pour elles.

   Il y a quelques années, des articles ont paru dans la presse, expliquant qu’à la suite de grandes pertes, parmi les hommes, que l’Allemagne avait subies pendant la Seconde Guerre Mondiale, un grand nombre de femmes ont été privées d’un mari légal et d’un foyer conjugal. Ces femmes ont par conséquent exercé beaucoup de pressions sur le gouvernement pour qu’il abolisse la loi de la monogamie et établisse la loi de la polygamie. Le gouvernement allemand a demandé alors officiellement à l’Université islamique d’al-Azhar (au Caire) des conseils à ce sujet. Mais par la suite l’Eglise s’y est énergiquement opposée, préférant priver les femmes de leur droit à un mari et à un foyer conjugal, ou plutôt, elle a préféré la propagation de la turpitude à l’adoption d’un programme islamique.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.274-277.

Articles Relatifs:

Le droit de la femme à la polygamie (1)

Les facteurs de la polygamie

La supériorité numérique des femmes

Le facteur de nombre et de tribu

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)