• Nombre de visites :
  • 625
  • 17/11/2012
  • Date :

La nécessité de connaître les fondements de la doctrine

ciel

    Nous, Chiites Imãmites Duodécimains, croyons qu’Allãh a favorisé l’homme de la faculté intellectuelle et du pouvoir de raisonnement, et qu’IL lui a commandé de méditer sur Sa création, de chercher les signes de celle-ci et de réfléchir à Sa Sagesse et à Son Pouvoir concernant la création de l’ensemble de l’univers et son propre existence.

Le Tout-Puissant Allãh dit dans le Saint Coran: «Nous leur montrerons bientôt Nos Signes, dans l’univers et en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’ils voient clairement qu’Allãh est la Vérité»

(Sourate Foççelat, 41:53).

   Dans une autre Sourate, Allãh fustige ceux qui suivent (indûment) leurs ancêtres: «Ils disent: "Nous suivons la coutume de nos pères". Et si leurs pères ne comprenaient rien? Et s’ils ne se trouvent pas sur la Voie Droite?»

(Sourate Al-Baqarah, 2:170).

Allãh condamne de la même façon ceux qui sont guidés par leur conjectures: «Ils ne suivent que des conjectures et ne prêchent que la fausseté»

(Sourate Al-An`ãm, 6:116).

   En vérité, notre croyance n’est quel le résultat de ce que nous a dicté notre raison, qui nous a conduits à réfléchir sur la création de l’univers, et à connaître par conséquent le Créateur. De même, c’est notre sens du raisonnement qui nous conduit à examiner la revendication de la Prophétie par quelqu’un et ses miracles. Il n’est pas convenable pour nous de suivre les autres, quelque haute que soit leur position. En réalité le Saint Coran nous incite à chercher le savoir et à atteindre à la perfection, tout comme nous y incite notre propre raison innée. Ce que le Coran stipule ici est la confirmation de la tendance naturelle de la libre pensée de tous les hommes sensés. Le Coran ne fait qu’attirer notre attention sur notre tendance naturelle au savoir et à la réflexion. Il éveille notre esprit et l’oriente vers les exigences naturelles de la sagesse.(1)

   Ceci dit, il n’est pas raisonnable que l’homme se contente de suivre les éducateurs ou toute autre personne, ou de dépendre d’eux quant aux questions relatives à la croyance. Non, il doit, selon son intellect inné, corroboré par les textes coraniques, examiner, étudier et penser les fondements de ses croyances(2) sur les points suivants:

1- Le Monothéisme

2- La Prophétie

3- L’Imamat

4- La Résurrection

   En un mot, l’essence de nos croyances se résume dans deux point principaux:

1)- L’obligation d’étudier et de connaître les Fondements de la Croyance et l’interdiction de suivre les autres dans ce domaine.

2)- Cette obligation est une obligation rationnelle avant d’être une obligation légale, ce qui veut dire que notre compréhension de ces Fondements ne doit pas découler des Textes religieux, mais de notre bon sens commun, bien qu’on puisse s’appuyer sur les Textes religieux après avoir établi la preuve rationnelle.

La signification de l’obligation de reconnaître les principes fondamentaux de la croyance est que l’intelligence elle-même perçoit la nécessité de reconnaître les principes de la croyance et la nécessité de leur accorder une attention réfléchie.

Notes:

1. En effet, Allãh dit: «Dis: "Considérez ce qui est dans les Cieux et ce qui est sur la terre"»

(Sourate Younes, 10:101).

et: «Dis: "Parcourez la terre et considérez comment il donne un commencement à la création""

(Sourate Ql-`Ankabout, 29:20).

et: "Ne considèrent-ils pas comment les chameaux ont été créés; comment le ciel a été élevé; comment les montagnes ont été placées; comment la terre a été aplanie? Fais entendre le rappel! Tu n’es que celui qui fait entendre le Rappel"»

(Sourate Ql-Ghãchiyah, 88:17-21).

et: «N’ont-ils pas réfléchi en eux-mêmes?»

(Sourate Al-Roum, 30:8).

et: «Sache qu’en vérité, il n’y a de divinité qu’Allãh!»

(Sourate Mohammad, 47:19).

et: «Ont-ils choisi des dieux en dehors de Lui? Dis-leur: "Apportez donc votre preuve décisive!"»

(Sourate Al-Anbiyã’, 21:24).

2. Les croyances mentionnées dans ce traité ne sont pas toutes des croyances fondamentales. Beaucoup d’entre elles, telles que le Décret et le Destin, le "Retour" etc... ne commandent pas qu’on y croie ni qu’on y réfléchisse obligatoirement. Il est permis pour ce genre de croyances de s’appuyer sur quelqu’un de crédible, tels les Prophètes et les Imams. Beaucoup de nos croyances de ce type sont fondées sur des Hadith authentiques rapportés de nos Imams.

Source: Al-Modhaffar, Mohammad Ridhã, Les Croyances du Chiisme, Édité et traduit par Al-Bostani, Canada.

Articles Relatifs:

Unicité

Prophétie

Imãmat

Jugement dernier

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)