• Nombre de visites :
  • 880
  • 21/11/2012
  • Date :

Cérémonies de deuil du Seigneur des martyrs, pourquoi? (1)

ashourã

Traduit par Jean d’Agape

   L’une des choses soulignées et largement recommandées dans nos traditions, concerne les cérémonies de deuil pour le seigneur des martyrs et l’honorable Abã Abdullãh el Hussayn (PSL). Ces traditions nous  conseillent de porter de l’intérêt à cet Imam de haut rang et à ses bénédictions et de pleurer à cause de ses souffrances.

Selon les traditions, les pleurs versés pour lui seront largement récompensés par Dieu, récompenses au-delà de toute attente.

    L’Imam Sãdiq (PSL) dit: «Celui qui entend parler de Hussayn ibn ’Ali et qui verse quelque larme, sera récompensé par Dieu, l’Honoré et le Glorifié, qui ne se contente pour lui que du Paradis».

Bihãr Al-Anwãr, vol. 44, p. 285.

   Pourquoi le fait de pleurer le Seigneur des martyrs rend-il le paradis obligatoire? Car cela relève de la dévotion et des exemples en sont donnés dans cet article. C’est une loi fixée par le Saint Législateur et le Seigneur Sage. De même, faire le pèlerinage dans son sanctuaire vaut au pèlerin une grande récompense.

«Kamil-ul-Ziyãrat» qui jouit d’une grande validité cite la tradition suivante:

«L’Imam Sãdiq (PSL) dit à un de ses compagnons, nommé Mousma’:

O Mousma’, tu es Irakien. Tu rends visite à la tombe de Hussayn?

Mousma’ répond: Non, j’habite à Bassora et nos ennemis Nãsibi et autres sont nombreux. Je ne me sens pas à l’abri et j’ai peur qu’ils en fassent le rapport au fils de Suleyman. Je crains que celui-ci ne me punisse pour donner l’exemple aux autres. Alors j’agis en prudence en m’abstenant de visiter sa tombe.

L’Imam demande: Est-ce que tu parles des passions qu’il a subies, des harcèlements qui lui ont été infligés?

Il répond: Oui.

L’Imam lui demande: Est-ce que tu pleures dans cet état?

Il répond: Je jure Dieu que oui. A cause des souffrances qu’il a connues, je ressens une telle tristesse et angoisse que ma famille en remarque les signes sur mon visage. Je me sens tellement affligé que je ne peux plus manger et les signes de la tristesse et du chagrin apparaissent sur mon visage.

L’Imam dit alors: Que Dieu accorde Ses Miséricordes à tes larmes (que Dieu t’accorde Ses Miséricordes à cause de tes larmes). Sache que tu es assurément parmi ceux qui se lamentent à cause de nos chagrins, qui se réjouissent à cause de notre joie, qui s’attristent à cause de nos tristesses, qui craignent à cause de nos craintes et qui se sentent en sécurité si nous sommes sécurisés. Sache que sans nul doute, bientôt au moment de la mort, tu auras à ton chevet mes ascendants. Ils te recommanderont à l’ange de la mort et te donneront une bonne nouvelle supérieure à toutes les choses. Tu verras que l’ange de la mort te traitera avec une tendresse et une miséricorde plus grande encore que celle d’une mère envers son enfant».

Article Relatif:

Les cérémonies de l’Ashourã

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)